Les cas de viol se multiplient et deviennent de plus en plus nombreux dans la Région Administrative de Labé à cause de la pesanteur sociale qui empêche la manifestation de la vérité et favorise l’impunité, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Malgré le nombre très élevé de cas de viol enregistrés par les services de santé dans la Région Administrative (RA) de Labé, tout porte à croire que le Tribunal de Première Instance du ressort ne reçoit pas ou reçoit rarement des dossiers de ce genre. Et pour cause ? Les parents des victimes et les proches des criminels privilégient toujours le règlement à l’amiable.

Le dernier cas en date remonte au mercredi, 18 juillet 2018, à Bambè, un district relevant de la commune rurale de Dalein, à une trentaine de kilomètres au Nord du chef-lieu de la préfecture de Labé quand une fillette de 12 ans a échappé de justesse à une tentative de viol par son propre oncle maternel.

Mais, à en croire le père de la victime, les voisins, la famille et la communauté exigent que l’affaire soit réglée à l’amiable, loin des services compétents, malgré les conseils du sous-préfet de la localité, Baaba Sow.

« C’est ma fille qui a été victime d’une agression. Lorsque j’ai été informé, j’étais malade alité. Je n’ai pas pu réagir à l’immédiat. Les gens ont voulu que je négocie cette affaire à l’amiable. Je n’ai pas accepté, je suis allé me plaindre chez le sous-préfet de Dalein, puis à la police. Après tout, les voisins ont plaidé pour régler ce problème au sein de la famille et je ne peux pas les défier car je relève de cette communauté. Et si je meure aujourd’hui, c’est elle qui va s’occuper de mon corps. Selon eux, la victime et le présumé agresseur ont un lieu de parenté très proche. Il s’agit d’une fille et son oncle maternel. On m’a remis toutes les dépenses effectuées. On a envoyé la fille à l’hôpital et selon le résultat des examens médicaux, ma fille n’a pas été touchée. Mais, une tentative de viol est égal au viol » a expliqué le père de la victime.

Apparemment, en attendant de savoir quelle va être la décision finale du père de cette jeune fille, il a été conseillé au principal accusé de mettre à l’abri de toute éventualité. En tout cas, officiellement, le jeune Mamadou Dian, originaire de Dalein, a pris la poudre d’escampette et ses parents qui négocient actuellement un règlement à l’amiable avec le père de la victime prétendent ne pas connaitre où il se trouve actuellement.

Comme pour dire que dans quelques jours personne ne parlera plus de ce dossier à Bambè. C’est donc une chance pour la fille de n’avoir pas été touchée par son agresseur. Mais, rien ne dit que quand le fugitif va sortir de sa cachète, il ne va pas tenter et réussir avec d’autres mineurs de la contrée. Surtout qu’il est assuré de ce soutien social de la communauté locale.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin