Crise Sociale : échec de la reprise des négociations entre syndicats et gouvernement

Comme nous l’annoncions hier, les négociations entre les syndicalistes qui protestent contre la hausse du prix du carburant et le gouvernement devaient reprendre ce jeudi, 26 juillet 2018 après quelques jours de rupture. Mais les deux parties ne sont pas même pas parvenues à entrer dans les débats de fond et se sont quittées, une fois encore, à queue de poisson, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Décidément, le bras de fer entre l’inter-centrale CNTG/USTG et le gouvernement est loin de trouver son épilogue. Les choses semblaient pourtant sur le point de s’arranger à l’issue de la rencontre d’hier mercredi entre les syndicalistes et le Médiateur de la République, Mohamed Saïd Fofana, à la bourse du Travail.

Au sortir de cette rencontre, il a été annoncé la reprise des négociations entre les syndicats et le gouvernement pour tenter de trouver une solution à la crise liée à l’augmentation du prix du carburant. Mais le Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana est venu mettre le couteau dans la plaie, coupant ainsi cours à la décrispation qui se dessinait.

Le chef du gouvernement a annoncé, mercredi soir, son intention de reformer l’inter-centrale CNTG/USTG. De quoi irriter les dirigeants actuels de ces deux centrales syndicales. Et c’est justement le sujet qui a empêché la reprise effective des négociations proprement dites ce jeudi.

Les délégations des différentes parties concernées se sont retrouvées à 10 heures, comme prévu, au ministère de la Fonction Publique pour entamer les travaux. Mais au lieu d’entrer dans les débats de fond (les discussions sur la baisse du prix du carburant réclamée par les syndicalistes), cette sortie de Kassory Fofana a été d’abord évoquée.

Et, c’est autour de cette question que les débats se sont arrêtés et les participants se sont quittés à queue de poisson. Au sortir de la salle, Mamadou Mansaré, secrétaire général adjoint de la CNTG et président de la commission de négociation de l’inter-centrale CNTG/USTG, a déclaré que le dialogue est rompu.

De son côté, l’inspecteur général du Travail a indiqué que les parties n’ont pas réussi à entamer les négociations proprement dites mais il s’est montré rassurant, en soulignant que les choses pourraient vite s’arranger pour que les négociations puissent reprendre très rapidement.

A suivre !

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS