La mesure prise par le ministère de l’administration du territoire d’interdire toute manifestation en Guinée passe mal même au sien du gouvernement. Cette décision n’est pas du goût du ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté. Khalifa Gassama Diaby  l’a dit hier jeudi 26 juillet 2018 chez nos confrères de Nostalgie FM.

Devant les protestations répétitives contre la hausse unilatérale et impopulaire du prix du carburant à la pompe, le gouvernement emploi la manière forte. Pas de manifestation jusqu’à nouvel ordre. Une mesure que ne partage pas Khalifa Gassama Diaby. Selon le ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, réagissant en cette qualité, « notre Constitution garantie aux citoyens la liberté d’opinion et d’expression. Je vais être clair et précis. Toute décision d’interdiction générale et  absolue de la manifestation est un recul de la démocratie. Toute décision qui empêche les citoyens de s’exprimer dans un cadre légal, sans violences, est un recul pour la démocratie et contraire à notre Constitution et cela ne peut être défendable ».

Par ailleurs, Gassama Diaby va s’adresser à tous les protagonistes de la crise actuelle à un sursaut pour sauver ce qui peut l’être. « Je veux appeler les différents acteurs, y compris le gouvernement auquel j’appartiens, que chacun garde son calme et qu’on accepte dans notre pays que le gouvernement gouverne, qu’il sache faire un choix politique et que ce choix politique puisse pas plaire à une partie de nos concitoyens, c’est normal dans une démocratie. Et que cette partie puisse s’exprimer dans le cadre légal, est aussi logique. Il ne faudrait pas qu’ont ait peur de la contradiction, du débat et même de la critique, fut-elle désagréable », a martelé le ministre.

Ainsi, Gassama Diaby revendique fermement son désaccord face à « recul démocratique » de notre pays. « Je ne peux pas être d’accord avec une décision… De façon générale, on peut interdire de façon exceptionnelle lorsque des motifs réels et objectifs de troubles à l’ordre public, de violences sont là, on peut interdire circonstanciellement une manifestation. Mais, on ne peut pas empêcher aux citoyens guinéens, quelque soit le désaccord par ailleurs, d’exprimer ce qu’ils pensent et de le dire publiquement, y compris par la marche ou les manifestations. Cela doit être clair et il m’est moralement, personnellement impossible de défendre une telle décision », a lancé le ministre, connu pour son franc-parler.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tel 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin