Comme annoncé précédemment, un immeuble de sept étages en construction s’est effondré dans la soirée du samedi, 28 juillet 2018, à Coronthie dans la commune de Kaloum. L’incident a fait quatre morts dont les corps ont été sortis des décombres après plusieurs heures de recherche. Et jusque-là, les raisons exactes de cet effondrement ne sont pas connues, même si certains avancent des hypothèses, rapporte un reporter de Guineematin.com qui s’est rendu sur place.

Après la découverte des corps qui étaient coincés sous les décombres, les interrogations se focalisent désormais sur les causes de l’effondrement de cet immeuble en construction. Dans le quartier, les spéculations vont bon train. Et la raison qui raison le plus dans les explications des voisins directs de l’immeuble, est plutôt mystique.

« Nous, on était là pendant l’achat de ce terrain qui a fait beaucoup de polémiques, c’était vers 2007. A l’époque, certains disaient que ce n’était pas un terrain à vendre, que personne ne doit habiter-là. On apprend que beaucoup de personnes avaient tenté vainement d’acheter le domaine avant que le propriétaire actuel ne parvienne à l’acheter. Je pense que c’est un terrain hanté et c’est ce qui pourrait être l’une des causes de l’effondrement de l’immeuble », soutient Harouna Bangoura qui habite non loin de l’immeuble en question.

Du côté des autorités, on préfère rester prudent pour l’instant sur cette question. Interrogé par Guineematin.com, Moussa Camara, contrôleur général de police et directeur national de la protection civile, avance tout de même une hypothèse qui est pourtant privilégiée par ses services : « Vous-mêmes vous constatez, certainement les normes n’ont pas été respectées, c’est pourquoi il y a eu l’effondrement. Quand ça s’est produit, immédiatement on a été informé et une équipe s’est rendue sur les lieux. Elle a constaté effectivement l’effondrement d’un bâtiment de sept (7) étages en construction et qui a fait quatre morts, qui sont actuellement à la morgue d’Ignace Deen », a-t-il indiqué.

A rappeler que les victimes de l’effondrement de cet immeuble sont : Naby Soumah, apprenti caméraman, âgé de 32 ans, Hadja N’nah Aissata Dansoko, âgée de 65 ans, Fatou Touré, élève âgée de 20 ans et Aissata Dansoko (homonyme de la vielle décédée), élève en classe de 9ème année. D’autres personnes qui étaient aux alentours ont été également blessées et leurs maisons détruites. Plusieurs familles de ce quartier sont aujourd’hui sans abris en pleine période de grandes pluies.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin