Suite à de fortes pluies qui se sont abattues dans la région, la déviation de Linsan, sur le fleuve Konkouré, est devenue impraticable. Les usagers de la route nationale Kindia-Mamou ont eu du mal à traverser ce weekend. En voulant passer par le pont en reconstruction, des échauffourées ont éclaté entre eux et les force de l’ordre dans la nuit du dimanche 29 juillet 2018, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com à Linsan.

Après l’effondrement du pont de Linsan, une déviation a été aménagée par le ministère des Travaux Publics pour permettre aux citoyens de passer facilement. Mais, avec les fortes pluies de ces derniers jours, la déviation est devenue impraticable. Des usagers qui ont voulu repartir sur le site du pont en chantier en ont été empêchés par les forces de l’ordre. Toute chose qui a provoqué la colère chez les usagers et les conducteurs qui ont jeté des cailloux sur les agents.

Selon Hamidou Bah, secrétaire général du syndicat des transports de Linsan, après que la déviation ait été submergée, « il y a un monde fou des deux côtés. Ceux venant de Mamou ne trouvent pas à manger et heureusement ceux venant de Conakry ont trouvé à manger à Linsan. Alors, des deux côtés les usagers ont pris d’assaut le nouveau pont en reconstruction. Ils veulent passer coûte que coûte par le pont pour faire un changement de véhicules. Ceux qui viennent de Conakry vont passer avec leurs bagages pour s’embarquer dans les véhicules venant de la Haute Guinée et de la moyenne Guinée. Chose que les autorités n’ont pas voulu accepter. Et les jets de pierre ont directement eu lieu. C’est un danger en cours. En fin de compte les forces de l’ordre ont quitté pour éviter le pire. Toute la nuit jusqu’à ce lundi matin les passagers-piétons utilisaient le pont, même si les véhicules restent immobiles des deux côtés ».

En plus, des volontaires se sont constitués sur place pour faire passer les voyageurs au niveau de la déviation inondée, moyennant une somme d’argent. Selon Hamidou Bah « deux personnes ont fait passer un passager. Ceux qui font passer les citoyens obtiennent 10 000 FG chacun. Donc, chaque personne paye 20 000 FG pour traverser la déviation et c’est très risqué. Si tu ne sais pas nager au cas où l’eau t’envoyait, c’est perdu. On a vu des cas très graves. Il a fallu venir au secours d’un vieux qui a failli se faire emporté par l’eau… C’est ce qui se passe à Linsan », dit-il.

De retour de Linsan, Amadou Baïlo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 62851679

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin