marigot ZalyAprès le défrichement et le curage du marigot Zaly, le samedi dernier par la jeunesse de N’zérékoré, les femmes sont passées à une cérémonie rituelle sur les lieux, hier, lundi 30 juillet 2018. La démarche visait à implorer Dieu pour qu’il répande sa grâce sur la capitale de la Guinée Forestière, a constaté sur place Guineematin.com à travers son correspondant local.

C’est sous une pluie battante que la centaine de femmes, munies de balais, de calebasses remplies de grains de riz, venues des 22 quartiers de la commune urbaine et villages environnants, a pris part à cette cérémonie de sacrifice.

marigot ZalySelon Marie Noël Balamou, présidente des femmes de la commune de N’zérékoré, « nous sommes là aujourd’hui pour faire le sacrifice de la rivière Zaly, car des femmes ont vu dans leurs rêves les complaintes du cours d’eau qui dit qu’on l’a oublié. C’est pourquoi, nous les femmes, ont s’est motivé pour informer la jeunesse de défricher et curer le lit du marigot le samedi dernier. C’est ce qui a été fait. C’est à cause de Zaly que nous sommes là et c’est lui qui nous protège et nous procure la paix. C’est pourquoi les femmes ont envoyé les calebasses dans lesquelles se trouve les grains de riz, et des instruments de musique traditionnelle pour qu’en faisant le rituel, on chante et on danse, tout en jetant les grains de riz dans la rivière, pour souhaiter le bonheur et que nos enfants aient de l’emploi ».

marigot ZalyPar ailleurs, la première responsable des femmes de N’zérékoré dira que pour que Zaly soit un lieu touristique ou un patrimoine culturel, Il faut l’apport de l’État. C’est pourquoi, elle invite le chef de l’État à leur venir en aide. « Je demande au chef de l’État, le Professeur Alpha Condé, de faire clôturer la source de Zaly, de nous aider à entretenir ce patrimoine qui a une importance capitale pour le pays en général et la région forestière en particulier. Je veux que l’État nous aide à déguerpir les occupants et à assainir la rivière. Les ateliers de garages, menuiserie, porcherie, installés tout au long de la rivière, nous voulons qu’ils quittent ici. On ne veut plus que les gens jettent les ordures ici, car celui qui se hasarde désormais va payer une amende de 500 mille FG, parce que si c’est la source de Zaly est propre, les gens viendront de l’extérieur pour visiter les lieux et cela peut devenir une source de revenu pour le pays ou pour la ville de N’zérékoré », estime la bonne femme.

marigot ZalyPour sa part, Marthe Kolié, la présidente des femmes de Nyen, a déploré les événements douloureux de 2013 qui avaient endeuillé des familles à Koulé. Des affrontements intercommunautaires meurtriers qui, selon elle, étaient liés à la non-exécution d’un rêve. « Quand on se rappelle, ce qui s’est passée en 2013, qui a débuté à Koulé avant de se propager jusqu’à N’zérékoré, c’est une dame qui avait rêvé. Son rêve portait sur l’entretien et le sacrifice de Zaly. Mais, ce rêve n’a pas été révélé au patriarche pour que ce dernier puisse prendre des dispositions et c’est pourquoi il y a eu ces événements douloureux. Nous ne voulons plus de ça ici. Nous, on veut que Zaly soit propre et qu’il y ait la paix et beaucoup de sociétés entrent pour que nos enfants puissent travailler afin qu’ils nous prennent en charge, car quand ton enfant travaille, tu as la paix au cœur. Nous invitons aussi le gouvernement et les ressortissants de venir donner un coup de main pour la pérennisation du marigot Zaly », a lancé madame Marthe Kolié.

Notons qu’à la clôture de cette cérémonie, des plants de palmistes ont été été plantés aux abords de la rivière pour servir à la régénération de l’écosystème aquatique de Zaly.

De N’zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin