Chérif Mohamed Abdallah, président du GOHA

Dr Ousmane Kaba, le président du parti PADES est au centre d’une polémique suscitée par des propos qu’il a tenus récemment lors d’une interview qu’il a accordée à une radio privée de Kankan. Des propos à caractère ethnocentriste et qui provoque une indignation à Conakry. Mais le fondateur de l’Université Kofi Annan de Guinée bénéficie tout de même du soutien dans cette affaire. C’est le cas de Chérif Mohamed Abdallah, le président du GOHA.

C’est l’une des rares voix qui s’élèvent actuellement pour soutenir publiquement Dr Ousmane Kaba, au centre d’une polémique née d’une interview qu’il a accordée récemment à une radio privée de Kankan. A cette occasion, le président du PADES a tenu des propos jugés ethnocentristes. Mais, contrairement à beaucoup qui dénoncent la sortie du député et ancien ministre, le président du GOHA, lui, a une position contraire.

Chérif Mohamed Abdallah garde de bons souvenirs d’Ousmane Kaba et estime que ce dernier ne peut pas tenir les propos qui lui sont attribués : « Lorsqu’on a parlé de cette affaire d’eau empoisonnée à l’entre deux tours de la présidentielle de 2010 à Conakry, vous vous rappelez des conséquences que cela a entraînées à Siguiri et à Kouroussa où beaucoup de ressortissants de la Moyenne Guinée, notamment des commerçants, ont été attaqués, leurs biens saccagés ou pillés, et ils ont été chassés.

La même chose allait se produire à Kankan si les sages de Kankan et Dr Ousmane Kaba n’avaient pas vite agi. Il était sorti personnellement pour sillonner la ville et sensibiliser les citoyens de Kankan et les exhorter à ne pas s’en prendre aux opérateurs économiques et à tous les ressortissants de la Moyenne Guinée qui résident là-bas. C’est grâce à son action lui et les sages de Kankan qu’on a réussi à éviter une propagation des événements enregistrés à Siguiri et à Kouroussa dans la région.

Donc, nous c’est ce travail que nous retenons de Dr Ousmane Kaba. Je n’ai pas écouté les propos dont on parle aujourd’hui mais je pense que monsieur Ousmane Kaba n’est pas ethnocentriste et qu’il ne peut pas dire de telles choses. S’il était ethnocentriste, il n’allait pas agir comme il l’a fait en 2010 en empêchant que les ressortissants de la Moyenne Guinée ne soient attaqués à Kankan », a déclaré le président du groupe organisé des hommes d’affaires lors d’une interview qu’il a accordée à Guineematin.com, ce jeudi, 02 août 2018.

A rappeler que selon les transcriptions de certains médias, le fondateur de l’Université Kofi Annan de Guinée a déclaré sur les ondes d’une radio de Kankan, avoir annoncé à un groupe de femmes venues de la Haute Guinée pour le rencontrer, qu’il compte mener des négociations avec Lansana Kouyaté, Sékouba Konaté et Louncény Fall, pour faire en sorte que le pouvoir reste dans les mains des cadres de la Haute Guinée en 2020.

Il aurait affirmé également qu’il faut construire des barrages en Haute Guinée pour l’électrification de la région. Car, pour lui, s’il faut fournir le courant de Kaléta à la Haute Guinée, des habitants de certaines régions traversées par les poteaux pourraient couper les fils pour éviter que la Haute Guinée n’ait le courant. Le leader du PADES a démenti avoir fait ce genre de déclarations, dénonçant une mauvaises transcription de ces propos.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628124362

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin