La sempiternelle question de la restructuration de l’Union des Forces Républicaines a polarisé les débats ce samedi 04 septembre 2018 à l’occasion de son assemblée générale. Plusieurs cadres et militants du parti républicain ont pris part à cette rencontre politique. la question de l’unité nationale n’aura pas été occulté par le parti qui se dit transversal, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon la députée Hadja Aïssata Daffé, la restructuration du parti, qui a pris trois mois, doit être finalisée avant la mi-août. « Nous regroupons déjà les responsables fédéraux, les responsables au niveau des sections pour expliquer que ce sont eux qui vont aller avec les coordinateurs pour faire la mise en place des cellules des comités de base, des sections et jusqu’au niveau des fédérations et cela à travers tout le pays, de Conakry à l’intérieur », a dit la présidente du bureau national des femmes de l’UFR.

Concernant l’annonce de l’opposition républicaine de reprendre ses manifestations politiques, Hadja Aissata Daffé a dit que les préoccupations sont les mêmes mais que la méthodologie diffère. « Vous savez l’opposition sort pour un objectif qui nous concerne nous aussi. On a parlé de l’installation des exécutifs communaux, parce que sans l’installation des exécutifs communaux, rien ne peut marcher à la base. Mais, nous nous battons dans ce sens. Nous ne sommes de l’opposition républicaine, c’est leur décision de marcher pour l’installation de ces exécutifs communaux. Nous, nous avons nos revendications, nous dénonçons. Pas plus que la semaine passée, on a fait la même chose et nous continuerons à réclamer la mise en place de ces exécutifs communaux. L’opposition républicaine avait déjà programmé une marche, mais ils ont dit qu’ils ont reçu un courrier du premier ministre qui leur a fait une promesse. Certainement, c’est suite à la non-application de cette promesse là qu’ils veulent reprendre les marches. C’est dans leur droit. Donc, chacun à sa manière. On dit qu’il y a plusieurs chemins pour atteindre Rome », soutient la députée.

Hadja Aïssata DafféS’agissant de la sortie de Dr Ousmane Kaba et qui met en mal l’unité nationale, l’honorable Daffé conseille de ne pas jouer sur la fibre ethnique. Selon elle, « le renforcement de l’unité nationale, on en a besoin. Il ne faut pas qu’on se base sur la fibre ethnique pour dire qu’on pourra faire marcher ce pays. Non, la Guinée a une superficie de 245857 km². Personne ne peut faire sortir l’autre d’ici. Nous sommes tous égaux, nous devons nous donner la main pour que ce pays puisse décoller effectivement. Donc, cette unité nationale, il faut tout le temps donner des conseils à nos responsables, à nos militants pour essayer de les conscientiser que nous sommes tous des guinéens. Quand on va à l’extérieur, on ne dit pas que lui il est de telle région ou de telle autre région. On dit qu’il guinéen tout court. Quand on rencontre les guinéens à l’extérieur, on dit qu’on a rencontré la communauté guinéenne et non d’une région ou d’une ethnie. Donc, il faut renforcer ce lien commun ».

Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin