L’opposition républicaine a annoncé la reprise de ses manifestations à partir du jeudi, 09 août 2018. Les opposants au régime du professeur Alpha Condé veulent protester contre « la mascarade électorale » du 04 février dernier et la non-prise en compte d’autres revendications. Cette annonce est diversement appréciée par les citoyens de Conakry qu’un reporter de Guineematin.com a rencontré hier, samedi 4 août 2018.

Devant cette annonce de la reprise des manifestations, certains citoyens pensent que l’opposition républicaine est dans son plein droit. Par contre, d’autres compatriotes dénoncent cette marche.

Pour Mamadou Sow, marchand de profession domicilié à Cosa, dans la commune de Ratoma, l’opposition doit maintenir la pression, mais conformément à la loi. « Moi, j’encourage l’opposition républicaine. Une fois qu’elle sort, qu’elle soit déterminée. Parce qu’on a vu avec le pouvoir actuel, rien ne va. Le gouvernement cherche toujours à manigancer les choses, à empêcher les gens à réclamer leur droit et à faire des propagandes inutiles. Il ne voit pas l’intérêt de la nation. Et que l’opposition, si elle veut favoriser le dialogue dans ce pays et faire bouger nos Institutions, respecter nos lois, c’est d’être déterminé. Ils n’ont qu’à sortir massivement le jeudi et dénoncer tout ce qui est mauvais et dire ce qui est concret. Parce que la Guinée appartient à tout le monde. C’est de Koundara à Yomou. Toutes les ethnies de ce pays sont égales. Donc, je ne vois pas la raison qu’une minorité, un petit groupe ou un clan prime sur l’intérêt de la nation. Ils n’ont qu’à être déterminé et prendre courage pour lutter conformément à la loi. Sans porter atteinte à autrui. Et quand ils sortiront, que la marche soit continuelle jusqu’à ce qu’il y ait une satisfaction pour le résultat de ces élections communales et communautaires. Je les encourage et je serai de la partie. »

Tamba Kamano, diplômé en Doit des Affaires rencontré à Cosa, va abonder dans le même sens. « Pour la marche prévue le jeudi prochain, c’est tout à fait normal je pense. Parce qu’au préalable, il était question sur ce que le premier ministre avait souligné que l’opposition devrait patienter puisque le pays traverse une situation très difficile. De les attendre jusqu’à ce qu’il trouve une solution à cette crise politique. Et maintenant, s’il a une date de manifestation prévue par l’opposition, c’est normal. Parce que nous sommes dans Etat de droit où la loi doit être respectée et donner la raison à qui de droit. Nous ne sommes pas dans un Etat de barbarie, nous sommes dans un Etat démocratique où chacun doit respecter les principes et les lois de la Constitution. Et si les l’opposition décide de marcher le jeudi, c’est un droit constitutionnel. Ils ont droit de manifester et réclamer surtout en ce qui concerne les élections communales qui date depuis le 04 février. »

Par contre, Ibrahima CISSE, réparateur de téléphones rencontré à l’aéroport, a dit sa désaffection pour la politique. « En ce qui concerne en général la politique en Guinée, surtout la marche qu’ils ont annoncée, moi je ne suis pas dedans. Et je ne les soutiens pas. Avant, j’étais pour l’opposition. Mais maintenant, j’ai compris que l’opposition roule pour elle-même. C’est concernant le mouvement qui vient de se passer pour le carburant. L’opposition n’a rien fait dans ce sens, surtout l’UFDG. A chaque fois qu’ils nous parlaient de marche, on faisait tout et tout. L’affaire de carburant, c’est le cas de tout le monde. Mais, ils sont restés à l’écart. Si nous les citoyens nous souffrons dans l’affaire de carburant, normalement l’opposition devrait s’associer à nous pour combattre le gouvernement. Moi c’est à cause de ça, cette fois ci, je ne les soutiens pas. Puisqu’elle roule pour elle-même. Les résultats qu’elle revendique c’est pour eux seulement. Cependant, le carburant c’est pour toute la Guinée. »

De son côté, Elhadj Mahamadou Sadio SALL, distributeur de ciments au quartier Nongo, dans la commune de Ratoma, souhaite que s’il y a marche, « qu’il n’y ait pas de problème! Et j’ai l’espoir qu’il n’y aura pas de problème. Moi de mon côté, je souhaite qu’il y ait une entente entre l’opposition et le parti au pouvoir. Que chacun mette balle à terre pour qu’ils puissent trouver un terrain d’entente. Par ce que nous sommes tous condamnés à vivre ensemble. Nous sommes tous des guinéens. Nous n’avons pas intérêt que notre pays tombe dans le chaos. Nous souhaitons que nous soyons ensemble, qu’on soit uni pour aller de l’avant. Par ce que sans l’union, on ne peut rien faire dans notre pays. La paix, c’est dans l’intérêt de tous les guinéens, y compris le pouvoir et l’opposition. »

Propos recueillis par Mohamed DORE pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin