Quelques semaines après sa sortie fracassante à la maison de la presse de Conakry, Mamadou Bah Badiko s’en est pris encore violemment au pouvoir en place en critiquant le système de gouvernance mis en place par Alpha Condé. C’était à l’occasion d’une conférence de presse qu’il a animée hier, dimanche 05 août 2018, à Conakry. Le président de l’UFD estime que le régime actuel a échoué parce qu’il a privilégié des considérations politiciennes plutôt que les compétences, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Même s’il reste toujours officiellement un allié du pouvoir actuel, Mamadou Bah Badiko semble avoir pris ses distances avec le régime d’Alpha Condé. Un régime qu’il dit avoir échoué en raison du système de gouvernance qu’il a mis en place. « Je vous dis qu’aujourd’hui, je suis convaincu que la faillite du système actuel, c’est le système politicien, le système politico-ethnique qui a privilégié la politicaillerie plutôt que le travail concret.

C’est pourquoi je dis qu’on n’arrive à rien. Vous nommez des gens puisqu’ils sont de beaux militants du parti et voilà aujourd’hui où on est. On est à l’état néant, on n’arrive même pas à gérer une compagnie de bus. Quelqu’un vous offre 50 bus au bout d’un an qui sont en train de pourrir, la seule solution que vous trouvez c’est de dire papa tu nous as offert 50 bus, merci beaucoup mais viens gérer les bus », dénonce-t-il.

L’autre mal de la Guinée, le président de l’UFD estime qu’il est né de la création des coordinations régionales. Selon lui, ces organisations se sont complètement détournées de leur chemin, créant des problèmes au pays : « Lorsqu’il y a eu des coordinations régionales au début des années 1990, nous avons prévenu. On a dit attention on ne sait pas où ça va s’arrêter, on sait où ça commence mais on ne sait pas où ça va s’arrêter.

Aujourd’hui on est installé dedans et c’est pour le mal de la Guinée. C’est ça la faillite de la Guinée. Voilà les coordinations régionales, au lieu d’être des sages qui sont là pour la cohésion sociale, pour des activités culturelles, ils se posent en politiciens, en patrons, en sponsors des partis politiques de Guinée. Voilà pourquoi on est en faillite et il faut que ça s’arrête », a déclaré Mamadou Bah Badiko.

Siba Guilavogui pour Guilavogui pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin