Le dernier convoi de pèlerins guinéens pour le hadj 2018 à la Mecque devait décoller de Conakry hier lundi, 06 août 2018. Seulement, les choses ne se sont pas déroulées comme prévues et de très nombreux pèlerins sont aujourd’hui concentrés au centre islamique de Donka, ne sachant plus à quel saint se vouer, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Depuis quelques jours, plusieurs centaines de pèlerins sont concentrés au centre islamique de Donka. En attente de leur vol, ils restent encore agglutinés dans la salle polyvalente du centre islamique de Donka. Aujourd’hui, ces fidèles ne cachent pas leur déception face à cette situation qui dévient de pue en plus intenable .

Selon Mamadou Pêté Diallo, venant de la préfecture de Coyah, il y a un déficit de communication entre les pèlerins et les autorités en charge de l’organisation du hadj. « Vous voyez le désordre qu’il y a, vous avez près de 1 500 personnes dans cette salle, confinées depuis 4 à 5 jours, avec environ 6 toilettes. Il n’y a pas de couchette depuis 4 à 5 jours, les gens sont là, ils dorment à terre. Et le plus grand mal aussi, c’est qu’on n’a pas d’interlocuteur pour communiquer avec nous. Il n’y a pas d’interlocuteur pour enlever ce déficit de communication. On est là, on nous a dit de venir depuis samedi à 17 heures pour prendre l’envol pour la Mecque à 22h. Depuis lors, on est là. C’est de report en report avec des explications à dormir debout, ça ne va pas », a déploré le pèlerin.

Pour ce qui est de l’attention des autorités face à leur problème, Mamadou Pêté Diallo dit que « c’est ce mardi que nous avons reçu la visite de quelques ministres, de la ligue islamique, de l’imam de la mosquée centrale. Ils nous ont entretenus, nous ont expliqué et promis qu’ils vont se concerter avec les agences où nous avons payé nos frais pour que dans les 24 heures on puisse prendre l’envol. Nous, on a dit qu’on ne demande pas autre chose. On ne demande que ça. Dans son compte rendu, le porte-parole, monsieur Saïkou Oumar Barry, nous a dit en face de rentrer chez nous, ils vont nous appeler un à un et nous faire embarquer dans un bus pour l’aéroport… »

Même déception pour Thierno Mamadou Hady Diallo de Dubreka qui dénonce l’amateurisme des organisateurs. « J’avoue que j’ai une déception totale de la part des autorités. Une activé annuelle, je crois que c’est à programmer dans le temps. Ils ont tout le temps nécessaire pour organiser ça le moment venu et ne pas rater. Parce que toute planification ratée, c’est foutu. À mon sens, ils pouvaient organiser ça à temps. Mais, on est désolé en regardant le programme qu’on nous a proposé là et soumis la compagnie chargée du transport des pèlerins à respecter le contrat, les clauses qui le lient à la ligue. Ils ont programmé les vols jusqu’au 6 août 2018, or aujourd’hui nous sommes le 7 août. D’après les autorités qui sont venues nous rencontrer ce matin, les raisons de ce retard sont des raisons de décalage. Et nous, nous souhaitons quoi ? Que ce retard soit rattrapé pour qu’on puisse vite aller. Nous supplions les autorités de nous aider à franchir le cap. Nous avons donné au revoir à nos parents que nous allons à la Mecque pour le hadj. Nous, nous n’entendons pas qu’on retourne à la maison et qu’on n’a pas fait le hadj parce que nous ne sommes pas fautifs. Les conditions exigées, nous les avons remplies. De l’autre côté, que l’Etat daigne remplir lui aussi sa part », lance-t-il, très amer.

À noter que toutes nos tentatives d’avoir des explications des autorités sur cet état de fait sont restées sans succès.

Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin