La chambre préfectorale d’agriculture de Siguiri fait face actuellement à un manque total d’engrais urée. Une substance très utilisée dans le secteur agricole de la préfecture. Cette situation inquiète sérieusement les paysans locaux qui craignent fortement de perdre cultures, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

L’engrais urée est utilisé au moment de la floraison des cultures. Mais cette année, cette substance très importante pour les agriculteurs de Siguiri est invisible dans la préfecture, alors que c’est la période propice pour son utilisation. Et ce manque inquiète profondément les paysans, à l’image de Demba Diawara, qui craint de perdre ses 10 hectares de riz cultivés.

« Depuis deux semaines, je suis à la chambre préfectorale d’agriculture à la recherche d’engrais urée, mais je n’ai rien pu avoir. Et pourtant, c’est le moment d’utiliser cet engrais, si ce mois passe, seul Dieu peut nous sauver d’un échec. Dès que les champs seront inondés on risque de tout perdre. J’ai fait 10 hectares de riz, si je ne trouve pas d’engrais à temps, je risque de perdre tout cela », témoigne ce paysan, très préoccupé.

Soumaïla Diakité, un autre agriculteur, se trouve dans la même situation : « J’ai 20 hectares de riz, l’urée a une importance capitale pour nous surtout en cette période de floraison des cultures. Je n’arrive pas à dormir dans ces deux jours, car je vois ma récolte vouée à l’échec. Cet engrais, on en a besoin parce que sinon, on pourrait tout perdre en cas d’inondation », a-t-il dit.

A la chambre préfectorale d’agriculture de Siguiri, on dit comprendre le souci des paysans. Mais le président de cette chambre, Sékou Gackou, indique ce problème a été créé depuis Conakry : « Je sais que l’engrais d’urée manque à Siguiri et à Mandiana. Et la raison, c’est que la dotation qu’on avait, la chambre nationale d’agriculture nous a ordonnés de la revendre au projet coton de Kankan. Siguiri a vendu 150 tonnes au projet coton, le projet coton a payé l’agent à la chambre nationale, voilà pourquoi l’urée manque à Siguiri », soutient ce responsable.

Ce dernier se dit conscient des risques que courent les paysans, mais il assure qu’une nouvelle dotation en engrais pourrait arriver très prochainement dans la préfecture. En attendant, les agriculteurs locaux sont partagés entre inquiétude et interrogations.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin