Le commissariat central de la police de Lélouma a finalement accordé une liberté provisoire à deux (2) citoyens de la commune urbaine qui avaient été interpellés suite à la découverte dans le quartier Diala II du corps sans vie du jeune tailleur de 18 ans qu’on dit s’être donné la mort par pendaison le lundi, 06 août 2018, entre 10 h et 11 h du matin, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Sur les 3 jeunes qui avaient été interpellés suite à la découverte de ce corps sans vie dans le quartier Diala II, relevant de la commune urbaine de Lélouma, 2 ont été retenus au commissariat central de police jusqu’au lendemain. Il s’agit d’un frère de lait de la victime et son ami avec lesquels ils passaient la nuit dans la même chambre.

Il semble qu’au cours de l’interrogatoire à la police, les deux prévenus ont expliqué avoir trouvé la victime en train de se débattre contre la mort. Ils ont alors estimé qu’en coupant la corde attachée au coup, leur frère allait échapper de ce suicide par pendaison.

Que c’est lorsqu’ils ont coupé la corde, la victime n’était pas encore mort. Ils ont pensé alors utile de le transporter d’urgence à la maison. Mais, que c’est avant d’arriver à destination qu’il a rendu l’âme.

Les prévenus ont assuré qu’ils ne savaient pas qu’il fallait attendre l’arrivée des services de sécurité pour s’approcher de ce jeune qui se débattait contre la mort.

Suite alors à des démarches de la notabilité locale le commissariat central de police de Lélouma aurait accordé une liberté provisoire pour ces deux proches de la victime pour, dit-on, les besoins des salutations d’usage entre parents, amis, alliés et connaissances du défunt.

En attendant, plusieurs observateurs se posent aujourd’hui la question de savoir comment ils sont arrivés sur le lieu du drame au moment où la venait juste de se mettre la corde au cou. Quand on rapporte que l’endroit en question se situe entre des rochers, non loin du Lycée.

Le jeune tailleur avait-il lui-même choisi alors un arbre situé au bord d’un sentier (chemin) fréquemment utilisé par des piétons pour se donner la mort ?

Les circonstances et les causes de cette mort suspecte pourraient bien se trouver derrière la réponse à ces interrogations. Vivement un inspecteur Derrick à Lélouma !

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin