Comme annoncé précédemment, le comité de suivi de l’accord politique d’octobre 2016 s’est réuni ce mardi, 14 août 2018, à l’effet de se pencher sur la situation sociopolitique de la Guinée. Compte-tenu des avancées enregistrées, notamment sur le contentieux électoral, les débats n’ont pas pris beaucoup de temps.

A la sortie des travaux, les représentants des trois partis politiques se sont exprimés aux micros des nombreux médias présents au ministère de l’administration du territoire.

Pour Amadou Damaro Camara, représentant du RPG Arc-en-ciel, « vous n’aurez de scoop pour la réunion d’aujourd’hui, parce que c’était l’une des meilleures rencontres que nous avons eues. Le comité de suivi a pris acte des avancées dans l’accomplissement des points de l’accord politiques, à savoir que la loi sur la CENI a été votée, et probablement dans les jours qui suivent, la loi va sortir de la Cour Constitutionnelle, qu’il y ait eu des provisions pour les indemnisations. Nous sommes très avancés sur l’étude des listes qui ont été déposées au niveau du comité. Nous prenons acte des accords signés entre l’Opposition républicaine et la Mouvance sur le contentieux électoral qui est donc terminé. Ce qui va suivre désormais, c’est l’installation des conseils des communes pour que ces communautés commencent à travailler. Il revient désormais au ministre de l’administration du territoire, qui n’a plus absolument aucun handicap qui puisse l’empêcher d’installer ces communes. Nous nous sommes félicités mutuellement, c’est la victoire de la Guinée, c’est le travail de toutes les parties ».

Dr. Deen Touré

Pour sa part, Dr Ibrahima Deen Touré qui représente l’UFR à ce comité de suivi, a laissé entendre que « le comité de suivi a fait les conclusions de toutes les activités en termes de négociations qui ont eu lieu depuis la 24ème session. Aujourd’hui, on a conclu que les différends électoraux qui ont surgi à la suite des élections du 04 févier se trouvent aplanis et apaisés… Il s’agit maintenant de passer à l’exécution des accords, c’est-à-dire la mise en place des exécutifs communaux. Mais, les élections ont prouvé qu’il n’y a pas un parti politique qui peut faire tout dans ce pays. Il faut que les gens se donnent la main au plan institutionnel et au plan individuel. Comme vous le savez, depuis 6 mois depuis que nos communautés ne peuvent pas bénéficier d’aide au développement parce qu’il n’y a pas de répondant sur le terrain. Donc, nous sommes aussi pressés que les citoyens ».

De son côté, le représentant de l’UFDG, Mamadou Cellou Baldé, a fait savoir que les acteurs se sont félicités « des avancées majeures sur le contentieux électoral. Cela nous permettra de mettre en place les conseils communaux dans les 342 communes urbaines et rurales de notre pays. Des recommandations ont été faites, notamment que le ministre de l’administration du territoire adresse une correspondance au ministre de la justice par rapport au point concernant la libération des prisonniers. Pour solliciter en tout cas que cela soit examiné avec diligence pour faire en sorte que ce point soit mis en œuvre. Il a été également recommandé qu’une correspondance soit adressée au ministre du budget en ce qui concerne l’inscription d’une ligne dans la Loi de Finances Rectificatives qui est entrain d’être examinée au niveau de l’Assemblée nationale, concernant le volet indemnisation qui a été acté dans cet autre accord politique ».

Propos recueillis par Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin