Ismaél Dioubaté, ministre du Budget

Ouverts hier, lundi, les travaux de la session extraordinaire consacrée à l’examen du projet de Loi de Finances Rectificative (LFR) se sont poursuivis ce mardi, 14 août 2018, à l’Assemblée nationale. La plénière a démarré par le contrôle de présence des députés, suivi du compte rendu du rapporteur des travaux de commission, avant la présentation du Budget par le ministre Ismael Dioubaté, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Après cette présentation qui a duré une vingtaine de minutes, le ministre du Budget, Ismael Dioubaté, a répondu aux multiples préoccupations soulevées par les députés, notamment du groupe parlementaire Libéral-Démocrate. En effet, plusieurs d’entre eux ont affiché leurs inquiétudes face à ce qu’ils ont appelé « une baisse drastique » des dépenses d’investissement au détriment des dépenses de fonctionnement.

Au sortir de cette plénière, le député du RPG arc-en-ciel et président de la commission Economie et Finances de l’Assemblée nationale, Michel Kamano, a estimé que le budget a été « globalement et techniquement » bien présenté, même s’il souhaite que certaines questions soient encore débattues avec les autorités.

Décryptage !

Michel Kamano

« C’est un projet qui est venu nous indiquer qu’elles sont les manques à gagner qu’il y a eu dans la mobilisation des recettes. Et, conséquemment, le gouvernement n’ayant pas pu mobiliser les recettes qui ont été autorisées par l’Assemblée nationale dans la Loi de Finances Initiale, a fait des efforts de réduction de certaines dépenses pour maintenir l’équilibre entre les recettes et les dépenses, c’est-à-dire la manière de financer le déficit.

Pour le moment, nous sommes satisfaits du maintien de cet équilibre négocié avec nos partenaires du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale. Mais, il y a des détails comme vous l’avez constaté. Des députés se sont interrogés sur la baisse par exemple des dépenses d’investissement. Certains estiment que le gouvernement aurait fait beaucoup d’efforts en réduisant les dépenses de consommation qu’en réduisant les dépenses d’investissement qui sont les dépenses de développement. Mais, ça, ce sont des questions de détail qu’on examinera avec les responsables. Sinon, globalement, le gouvernement a tenu compte du maintien de cet équilibre, de ce niveau de déficit négocié avec nos partenaires du Fonds monétaire. Vous savez qu’on a un programme avec eux. Et, ayant maintenu cet équilibre, globalement et de façon technique, le budget est bien présenté ».

Propos recueillis et décryptés par Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin