Comme promis, les partisans de Soumaïla Cissé et leurs alliés, accompagnés de certains de leaders d’opinion et de la société civile malienne, ont battu le macadam ce samedi, 18 août 2018, à Bamako.

A travers cette grandiose manifestation (partie de la place de la liberté pour le boulevard de l’indépendance via Bamako-Koura), les militants et sympathisants de l’URD ont voulu montrer à l’opinion nationale et internationale que les résultats tels que proclamés par l’organe en charge des élections (OGE) ne reflète pas le choix des maliens, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com à Bamako.

Ce samedi, dès 09 heures, des centaines de militants et sympathisants de l’Union pour la République et la Démocratie se sont retrouvés à la place de la liberté de Bamako, à l’appel de leur leader et candidat, Souamaïla Cissé. Munis de balais, de marmites et de pancartes où on pouvait lire « Respectez le vote des maliens ! La Démocratie et la République en péril au Mali, etc. », ces hommes et femmes ont dit leur mécontentement face aux résultats proclamés par le MATD et qui déclare le président sortant, Ibrahim Boubacar Keïta, vainqueur avec 67,17% des voix.

Selon Djely Mady Kouyaté, membre du bureau des jeunes de l’URD, rencontré à la place des martyrs, ses camardes et lui sont venus pour manifester leur mécontentement face aux résultats du second tour et dire aux Chefs d’Etats Africains et à la communauté internationale que le vote des maliens a été détourné. « Vous avez vu au niveau de l’extérieur, à l’intérieur du pays et à Bamako, les gens sont en train de manifester. Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui, là où on est, nos voix ont été volés, on n’est pas d’accord aujourd’hui, on n’est pas d’accord demain. Vous savez ? Ibrahim Boubacar Keïta, le président partant nous connait ! Nous, on a fait cinq (5) ans dans l’opposition, il sait de quoi les militants et le président de l’URD sont capables, on ne va pas lâcher, on va continuer à réclamer nos voix jusqu’à ce qu’on ait gain de cause », a-t-il averti.

Abondant dans le même sens, Oumar Abdoul Touré, président de l’Association Kaoural et Renouveau international, a dit venir dénoncer le « vol » qui a été fait à l’occasion des élections du second tour. « Aujourd’hui, nous jeunes du Mali, nous sommes tous sortis avec nos mamans, nos papas, juste pour montrer à IBK qu’il doit lâcher ce pourvoir. Il a perdu et le peuple demande qu’il s’en aille. Nous en avons marre des histoires, tout ce qu’on veut, c’est la paix… On demande à IBK de faire à cause de Dieu, d’appeler son jeune frère pour le féliciter. Nous sommes mobilisés et engagés jusqu’à ce qu’on puisse obtenir ce qu’on veut, celui d’aider Souamaïla Cissé à récupérer son pouvoir. Souaïla Cissé, il est le président du Mali, Soumaïla Cissé, il est le président du peuple malien », a-t-il dit.

« Ce matin nous sommes là pour soutenir notre Soumi ! C’est lui qui a été élu démocratiquement. S’il est vrai que la démocratie est le pouvoir du peuple, on doit lui donner le pouvoir car c’est lui que le peuple a choisi », a renchéri Fatoumata Touré.

A noter que cette marche blanche s’est déroulée sans heurts. Elle a été très bien encadrée par les forces de l’ordre. D’ailleurs, il semblait avoir une complicité entre forces de l’ordre et manifestants, car les premiers n’hésitaient pas souvent à prendre de l’eau dans leurs pick-up et à donner à boire aux manifestants. Ce qui est rare à voir en république de Guinée voisine où l’opposition a comptabilisé plus de 80 manifestants tués depuis l’arrivée du président Alpha Condé à la tête de la Guinée…

Ibrahima Sory Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com à Bamako

Tél. : (00223) 92 57 77 96

[rsnippet id= »1″ name= »pub google »][rsnippet id= »1″ name= »pub google »][rsnippet id= »1″ name= »pub google »][rsnippet id= »2″ name= »Article »][rsnippet id= »1″ name= »pub google »][rsnippet id= »2″ name= »Article »][rsnippet id= »1″ name= »pub google »]

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin