Les prix des vêtements se sont envolés ces derniers jours à Labé. L’engouement suscité par l’approche de la fête de Tabaski a entraîné une augmentation des prix des habits très prisés à cette occasion. Plusieurs citoyens déplorent cette situation alors que les commerçants, eux, rejettent toute responsabilité dans cette hausse des prix, a constaté un correspondant de Guineematin.com sur place.

Comme c’est le cas depuis plusieurs jours, le marché central de Labé est envahi ce lundi, 20 août 2018 encore. Les clients affluent de partout pour acheter notamment les habits de fête. Mais une fois sur place, beaucoup sont désagréablement surpris. Tous les prix des vêtements sont, en effet, partis à la hausse. Ce qui emmène certains à rentrer sans acheter ce qu’ils étaient venus chercher. D’autres par contre, s’arrangent à trouver quelque chose. C’est le cas par exemple de Mamadou Saliou Diallo, enseignant.

« J’ai fait le tour du marché, mais les prix sont presque les mêmes. Pantalons, chemises et chaussures, tout est cher. Moi, j’ai dû diminuer le nombre de chemises que je voulais pour pouvoir acheter les chaussures de mes trois enfants et mon cousin. D’autres rentrent sans acheter parce que l’argent qu’ils ont amené ne suffit pas, ils sont donc obligés de renter pour revenir après peut-être. Mais c’est l’Etat qui laisse les commerçants faire des populations ce qu’ils veulent, parce que, eux, seul l’argent qui les intéressent », a dit ce citoyen.

Même commerçants reconnaissent cette hausse des prix. Et c’est pourquoi malgré l’affluence, les vêtements ne marchent pas beaucoup, selon Mamadou Aliou Diallo, vendeur de pantalons et de chaussures : « Il faut reconnaitre que les prix ont augmenté. Pour les pantalons par exemple, il y a une augmentation de 15 000 GNF jusqu’à 30 000 GNF selon les qualités. Plus la fête approche, plus le nombre de clients augmente. Mais beaucoup viennent demander sans acheter, sur 15 personnes qui demandent, seules 3 ou 4 achètent. Les gens veulent ce qui est joli, mais cela coûte cher », indique ce commerçant.

Mais les vendeurs assurent qu’ils ne sont pas responsables de cette hausse des prix. Selon eux, les prix ont augmenté là où ils achètent à Conakry, mais aussi le transport est devenu plus cher depuis l’augmentation du prix du carburant. Ce sont ces facteurs qui expliquent, disent-ils, la cherté des prix à Labé.

De Labé, Saifoulaye Diallo pour guineematin.com

Tél. : 623 676 550

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin