La paralysie constatée dans l’administration publique à l’occasion de la fête de Tabaski et la suspension du journaliste Sorel Keita de la RTG Koloma ont dominé les débats ce samedi, 25 août 2018, à l’assemblée générale du Parti des Démocrates pour l’Espoir (PADES). La séance a été présidée par Dr Jacques Théa, membre du parti, a constaté Guineematin à travers un de ses reporters.

Pour ce qui est de la célébration de la Tabaski avec la fameuse Mamaya de Kankan, c’est la coordinatrice du PADES qui a dénoncée sa politisation. Selon Nantenin Dédé Dioubaté, « la fête de Tabaski, qui est organisée en Haute Guinée, on l’a complètement politisée. Parce qu’il ne faut pas profiter des moments de fête comme ça pour que toute l’administration guinéenne débarque dans cette région. Chaque fils du pays doit fêter dans son petit hameau. Moi, étant de Kouroussa, en principe je dois aller fêter à Kouroussa. Mais, on ne doit pas me dire d’aller fêter à Siguiri, Kankan et je ne sais où ».

En outre, Nantenin Dédé Dioubaté pense que « la délégation gouvernementale n’a pas été reçue comme ça se devait, surtout à Siguiri où j’ai vu des chaises vides. Cela veut dire grand-chose pour le pouvoir et une raison pour nous de se battre au niveau du PADES. Quand un régime est à sa fin, c’est la chance pour les autres partis politiques de se lever et de continuer le combat. Mais, si vous ne vous levez pas à temps pour continuer vos efforts, c’est vous qui serez les perdants sur toute la ligne. En tout cas, ce que moi j’ai vu sur les réseaux sociaux, ce n’est vraiment pas fameux comme réception d’une délégation gouvernementale en Haute Guinée. Surtout à Siguiri qu’on a nommé capitale du RPG, que cette préfecture reçoit la délégation gouvernementale de cette manière, vraiment ça donne à réfléchir », a martelé la coordinatrice du PADES.

Le journaliste Sorel Keita, animateur de l’émission Kolomatin à la télévision nationale a été suspendu pour avoir diffusé dans son émission une chanson de l’artiste Bouba, un des membres du groupe Espoir de Coronthie. Une chanson dans laquelle son auteur dénonce la mal-gouvernance. Cette actualité qui fait débat à Conakry a été commentée par le PADES ce samedi.

Pour Dr Jacques Théa, cette suspension relève d’un abus et constitue un recul démocratique. « Le journaliste Sorel Keita a été suspendu de la télévision nationale à cause d’une chanson qu’il a fait passer. Alors, c’est très dommage car ça fait la Une dans nos radios et les télévisions privées. Faire passer un message et puis la personne est suspendue, c’est très dommage. Cela veut dire que nous ne sommes pas dans un pays démocratique où on peut travailler librement et faire passer son opinion personnelle. La Guinée, on ne progresse pas en politique, mais plutôt nous sommes en train de régresser en matière de démocratie ».

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin