Accusé d’outrage au chef de l’Etat, diffamation et dénonciation calomnieuse, Soria Sorel Bangoura de l’UFDG s’en est sorti plutôt bien dans ce dossier. Après l’avoir entendu pendant deux jours, la DPJ a décidé de ne pas inculper le candidat du principal parti d’opposition du pays à la mairie de Matam, à Conakry. Et cette décision des officiers de police judiciaire serait motivée par le souci de maintenir un climat de paix et de quiétude dans notre pays, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Contrairement à la journée d’hier, l’audition de Soria Bangoura n’a duré que quelques heures ce mardi, 28 août 2018. Et l’opposant est sorti des locaux de la direction de la police judiciaire avec un sentiment de satisfaction. Soria Bangoura salue encore une fois l’attitude des officiers de police judiciaire qui ont géré ce dossier : « Je ne parlerai pas de tentative d’intimidation.

Vous savez très bien que quand on rentre en politique, c’est déjà faire valoir ses droits et défendre l’intérêt des citoyens. Et tout responsable doit avoir un comportement républicain. C’est d’ailleurs la raison qui a fait qu’on a répondu à la convocation. Mais, je voudrais quand même saluer le comportement de la nouvelle police qui, aujourd’hui, essaye de respecter les droits humains. C’est très important », a déclaré l’opposant au sortir de son audition.

Satisfaction également chez son avocat, maître Alseny Aïssata Diallo : « Il faut retenir que mon client a été convoqué à la DPJ il y a quelques jours, et hier, nous avons répondu à la convocation. Depuis hier jusqu’aujourd’hui, les choses se sont bien passées à la DPJ. Le souci du maintien de la paix et de la quiétude sociale a prévalu. Et aujourd’hui, on l’a mis à ma disposition de façon définitive. Aucune charge n’a été retenue contre lui.

On peut dire que l’affaire a été classée dans la mesure où son audition est terminée, le procès-verbal est signé et on l’a mis à ma disposition. Pour le moment, tout va bien et il n’y a pas de problème pour cette affaire. Disons qu’il y’a eu plus de peur que de mal. Je ne dirai pas expressément que l’affaire est enterrée ; mais, le mettre à ma disposition, c’est une victoire pour un avocat », s’est-il félicité devant les journalistes et sous les cris de joie de certains militants de l’UFDG qui étaient allés soutenir l’opposant.

A rappeler que Soria Sorel Bangoura a été entendu pour avoir traité le président Alpha Condé d’étranger et complice de l’agression portugaise de 1970 et aussi de la rébellion dont la Guinée a été victime en 2000. Les officiers de police judiciaire qui l’ont entendu ont certainement mis en avant le souci d’apaisement dans ce dossier.

Car, engager une procédure judiciaire contre l’opposant risquait d’ouvrir un nouveau bras de fer entre le pouvoir et son parti, l’UFDG, qui dénonce régulièrement l’utilisation de l’appareil judiciaire par le pouvoir pour faire des règlements de comptes politiques.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin