Les fortes pluies de la saison hivernale continuent d’entraîner des dégâts matériels dans la région de Kankan. Après la sous-préfecture de Balandou, la commune urbaine a enregistré des pluies diluviennes qui ont provoqué l’écroulement de deux bâtiments sur leurs occupants. Les faits se sont produits dans la nuit de mardi à mercredi, 29 août 2018, au quartier Missiran-Kökö, rapporte Guineematin.com à travers son correspondant dans la région.

Les fortes pluies de la saison hivernale sont à l’origine de cet effondrement qui n’a pas entraîné de perte en vie humaine. Selon nos informations, au moment des faits, six (6) personnes dormaient à l’intérieur des deux maisons. L’intervention des voisins a permis de sauver les occupants.

Interrogé par notre reporter, l’une des victimes est revenue sur les faits. Selon Lanciné Condé, technicien à la radio rurale de Kankan, « la pluie qui a inondé la ville de Kankan a provoqué l’écroulement de deux maisons chez nous à 4 h du matin. Il y avait ma mère, ma marâtre, les enfants et moi-même. Mon père faisait ses ablutions pour aller à la prière, quand il a entendu un bruit. Il s’est aussitôt levé et a vu que la maison s’est écroulée. Il a appelé au secours et les voisins sont venus nous aider ».

Pour ce qui est des dégâts matériels, Lanciné Condé dit qu’ils sont énormes. « Les dégâts matériels sont nombreux. Il y avait deux motos, des lits, des tables, des thermos… qui ont été complètement gâtés et irrécupérables », a-t-il précisé.

Sur les causes de cette inondation Lanciné Condé pointe du doigt les canaux d’évacuations des eaux, qui sont bouchés, et les constructions anarchiques. « La cause principale, c’est que les canalisations et évacuations d’eaux sont trop bouchées, et puis ces canalisations sont trop petites. Ensuite, ici il y a certains qui construisent de façon anarchique, ils ont barré la route de l’eau », dénonce-t-il.

Il est à rappeler que depuis le début du mois d’août, plusieurs quartiers périphériques de la commune urbaine de Kankan, notamment Kankan-koura, Bordo, Briqueterie, Salamani, Missiran et Farakô, sont régulièrement inondés et leur accès compliqué.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA, pour Guineematin.com

Tél : 00224 620 95 40 47

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin