Au lendemain du déclenchement d’une grève par les employés guinéens de la SAG qui protestent contre la situation actuelle de l’usine basée à Kintinia dans la préfecture de Siguiri, les sages de cette sous-préfecture apportent leur soutien au mouvement des travailleurs. Ils exigent tous le départ de l’actuel directeur général de la société, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Siguiri.

Suite à l’arrêt des travaux à l’usine de la société Anglo Gold Ashanti de Guinée (SAG) basée dans la sous-préfecture de Kintinia, les quatre grands clans de cette localité se sont réunis ce mercredi, 29 août 2018. Les sages des clans : Kankoubasui, Farènfricky, Farènsaran et Farèdifo, ont unanimement apporté leur soutien aux revendications des travailleurs en grève. Ils exigent notamment le départ de l’actuel directeur général de la SAG, Abdourahmane Diaby, accusé d’être à l’origine des problèmes que connaissent la société depuis quelques temps.

C’est la décision annoncée par le porte-parole des sages de Kintinia, Bakary Doumbouya, au sortir de la rencontre : « Nous ne voulons pas la destruction de la société, nous apportons donc notre soutien aux travailleurs, ils ont parfaitement raison dans leurs revendications. Tous les problèmes de la société sont créés par son directeur général Diaby. Pour éviter donc la destruction de cette usine, nous demandons le départ de Diaby, nous ne voulons plus de Diaby chez nous à Bouré (Kintinia). Il laisse nos enfants, nos parents guinéens pour donner les contrats aux étrangers. Si le gouvernement tient à Diaby, qu’il l’emmène ailleurs, nous ne voulons plus le voir sur la terre de Bouré », a-t-il déclaré.

Il faut dire que le directeur général de la SAG, Abdourahmane Diaby, est sur la sellette depuis plusieurs mois à Siguiri. En juin dernier, plusieurs jeunes de Kintinia et de la commune urbaine de Siguiri qui protestaient contre les délestages électriques, avaient réclamé son départ. Ils avaient été soutenus par le préfet de Siguiri, Ibrahim Kalil Keita, qui avait plaidé auprès du gouverneur de Kankan pour que le directeur général de la SAG soit remplacé. Mais jusque-là, Abdourahmane Diaby a réussi à se maintenir à la tête de la société minière. Reste maintenant à savoir si ça sera pour longtemps.

A noter que la réunion qui était prévue ce mercredi, 29 août 2018 entre le préfet de Siguiri et les responsables syndicaux des travailleurs de la SAG pour tenter de trouver une solution à ce mouvement de protestation n’a pas finalement eu lieu. Nous ignorons pour l’heure les raisons de son avortement.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin