La plainte des sapeurs-pompiers de Labé dont l’unique véhicule a été incendié en fin de semaine dernière, provoque l’indignation des défenseurs des droits de l’Homme de la région. Même s’ils ne sont pas opposés à l’ouverture d’une procédure judiciaire sur cette violence, ils estiment que la démarche entreprise par le service de protection civile n’est pas appropriée, rapporte un correspondant de Guineematin.com à Labé.

Une semaine après les violences survenues le samedi, 25 août 2018 à Labé, le sujet reste au centre de l’actualité dans la ville. Il y a quelques jours en effet, les sapeurs-pompiers de la ville ont saisi la justice suite à l’incendie de leur unique véhicule de secours dans ces violences. Ils ont porté plainte contre le meurtrier présumé du jeune dont la mort a provoqué ces violences. Une démarche qui n’est pas du goût des responsables locaux de l’organisation guinéenne pour la défense des droits de l’homme et du citoyen.

« Nous ne comprenons pas cette démarche qui vise un présumé assassin. Le présumé est déjà concerné par l’assassinat. Et quand les événements se passaient, il avait déjà été arrêté par les services de sécurité. Donc, nous ne sommes pas d’accord qu’on porte plainte contre ce dernier pour l’incendie du véhicule des sapeurs-pompiers », a réagi Idrissa Sampiring Diallo, coordinateur régional de l’OGDH en moyenne Guinée.

Sampiring Diallo

Selon l’activiste des droits de l’Homme, son organisation n’est nullement opposée à l’ouverture d’une procédure judiciaire pour faire la lumière sur cette affaire. Mais elle souhaite que les auteurs de l’incendie du véhicule eux-mêmes soient recherchés et sanctionnés pour l’acte qu’ils ont commis.

« Qu’ils mènent des enquêtes pour retrouver ceux qui ont incendié le camion. Les populations sont là, ils n’ont qu’à partir mener les enquêtes. Mais cette plainte me semble être une façon de faire en sorte que les populations oublient que l’autorité doit mener des enquêtes pour arrêter ceux qui ont commis l’acte. L’OGDH s’oppose à cette démarche », précise Idrissa Sampiring Diallo.

A rappeler que le service de protection civile de Labé a porté plainte mercredi dernier contre Saidou Barry alias Barrysto qui a poignardé mortellement son ami Abdourahmane Sow dans la soirée du vendredi, 24 août 2018 à Domby dans le quartier Daka 1. C’est suite à ce meurtre que des jeunes de la localité se sont mobilisés pour mettre le feu sur les maisons de la famille du meurtrier présumé avant d’incendier le véhicule des sapeurs-pompiers. Arrêté peu après le meurtre, Saidou Barry a été conduit au camp militaire de Labé pour le maintenir en sécurité.

De Labé, Saifoulaye Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 623 676 550\664 320 376

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin