Ratoma

Souleymane Taran Diallo, maire de la commune de Ratoma

Après la signature de l’accord politique, intervenue le 8 août dernier, les citoyens attendent désormais avec impatience l’installation des conseils communaux. D’ici là, les attentes sont immenses et de nombreux défis se dressent devant les futurs responsables à la base.

Interrogés par un reporter de Guineematin.com hier, vendredi 31 août 2018, de nombreux citoyens de la commune de Ratoma disent s’attendre à a réalisation des engagements pris lors de la campagne électorale. Il s’agit, entre-autres, de la construction des logements sociaux, de bâtir des écoles, d’assainir la commune, de bitumer les routes et de lutter contre l’insécurité.

Ratoma

Abdoulaye Condé

Pour Abdoulaye Condé, ingénieur géologue de formation, rencontré à Cosa, l’assainissement doit être une priorité. « Je commencerai par parler de l’assainissement dans la commune de Ratoma. Elle est trop salle. Chaque année, les gens perdent la vie à cause de l’insalubrité. Il faut que le maire prenne à bras-le-corps l’assainissement de la commune. Il doit installer les poubelles dans les lieux publics. Nous sommes débordés par des ordures. Et en plus, ce que je pourrais ajouter, c’est dans le domaine sportif. Les jeunes de Ratoma n’ont pas de terrains pour jouer au football. »

Aly Dansoko

Pour sa part, Aly Dansoko, homme d’affaires rencontré à Nongo, la gestion des fonds dans la transparence doit être de mise. « Si une commune est bien gérée, ça dépend de son maire. Il faut qu’il fasse une bonne gestion des fonds qui lui seront alloués. Il faut qu’il travaille correctement sans faire de la corruption, qu’il regarde la souffrance des citoyens de Ratoma. Surtout, il doit beaucoup investir dans l’éducation. Les dernières années, vous avez vu les taux d’admission très faibles au bac. Quand on entend parler d’un pays développé, c’est que ce sont les nouvelles générations qui sont conscientes. Je veux parler des jeunes, ils ne pourront pas prendre la relève de leurs aînés, s’ils ne sont pas bien formés et éduqués. Donc, c’est un autre problème compliqué. Les maires doivent construire des écoles. Les maires ont beaucoup de responsabilité à jouer. Nous n’avons pas à leur apprendre ce qu’ils doivent faire, ils connaissent tous la réalité de la Guinée. Qu’ils fassent leur travail dans l’intégrité ».

Oumar Baïlo Barry

Oumar Baïlo Barry, politologue de formation, rencontré à Petit-Simbaya, a confié à notre reporter que ses attentes sont multiples. « Il faut savoir que les maires doivent travailler dans plusieurs domaines. Mais particulièrement, je vais parler dans le domaine de la santé. Surtout pour les femmes en état de famille qui accouchent dans des conditions précaires. Certaines perdent la vie lors de l’accouchement. Il n’y a pas assez d’hôpitaux à Ratoma. Le maire et ses conseillers doivent comprendre que la santé est avant tout. L’accouchement et la prise en charge des femmes enceinte en Guinée doivent être normalement gratuits en Guinée. En plus, je pourrais parler de l’éducation des enfants, il y a de la formation en Guinée, mais c’est la manière de former qui fait que qu’il y a souvent des taux d’admission très faibles pendant les examens. Les maires doivent sillonner les écoles, voir les fondateurs des écoles. Pour comprendre celui qui est dans les normes ou pas. Il y’a plusieurs écoles aujourd’hui en Guinée qui ne sont pas dans les normes. Je leur souhaite bonne chance dans leur mission », dit-il.

Mamadou Cissé

La résolution de la question de l’insécurité n’est pas en marge des attentes des populations. Pour Mamadou Cissé, commerçant au marché Cosa « c’est le problème de l’insécurité qui nous fatigue ici. Le nouveau maire qui sera là, moi je souhaite parfaitement qu’il tient compte beaucoup de la sécurité de sa population. Surtout pendant les saisons pluvieuses, nous entendons des coups de feu de 23 h jusqu’à 2 heures ou 3 heures du matin. Ce n’est pas normal. Il faut que le maire se charge de la sécurité de la population. Je vais aussi ajouter que nous sommes en manque de route dans les quartiers ».

Un autre citoyen se dit préoccupé par le manque de logements sociaux. Selon SOW Mamadou Mouctar, vendeurs de produits cosmétiques, rencontré au marché Cosa « j’aimerais que le maire se focalise sur la construction des logements sociaux dans les espaces vides pour diminuer les prix des loyers. La sécurité surtout à Cosa ici. Les bandits nous fatiguent beaucoup. Souvent, il y a des boutiques qui sont attaquées dans notre contrée. Par ailleurs, Il doit aussi s’occuper de l’insalubrité ».

Propos recueillis par Mohamed DORE

Tél. : +224 622 07 93 59

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin