A quelques jours de l’ouverture des classées, les négociations entre le (Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) et le Gouvernement guinéen autour des huit millions comme salaire de base des enseignants n’ont pas repris ce mardi, 04 septembre 2018. L’arrestation du syndicaliste Amara Mansa Doumbouya en est la raison fondamentale, a appris un reporter que Guineematin.com a dépêché à Kaloum.

Pourtant, toutes les parties étaient représentées ce matin au ministère de la Fonction publique où se tiennent les négociations: gouvernement, syndicalistes et inspection du travail. Mais, quelques minutes après le début du huit clos, les acteurs sont sortis pour s’adresser aux médias.

Aboubacar Soumah

« Il n’y a pas eu de négociations aujourd’hui ! Un d’entre nous est mis aux arrêts, en la personne d’Amara Mansa Doumbouya. Il a été arrêté hier soir. Et, on ne sait pas pour qu’elles raisons. Donc, pour cette raison, on a demandé à ce que notre collègue soit remis en liberté avant de poursuivre les discussions », a expliqué Aboubacar Soumah, le secrétaire général du SLECG.

Concernant les motifs de cette interpellation, Aboubacar Soumah jure qu’aucune information ne lui a été donnée dans ce sens. Pourtant, Amara Mansa Doumbouya est membre de la Cellule de communication du SLECG. Or, dans les accords avec le Gouvernement, des poursuites judiciaires ne devaient pas être enclenchées contre un d’entre eux pour faits de grève.

Mohamed Traoré

Pour sa part, Mohamed Traoré, le chef de cabinet du ministère de la Fonction publique, a dit avoir pris bonne note de la position des syndicalistes. « Ils nous ont informés de l’arrestation d’un des leurs, tout en précisant qu’ils ne peuvent pas négocier dans cette situation. Donc, à notre niveau, nous avons pris acte de ce qu’ils ont dit ; et, nous attendons la suite pour revenir à la table des négociations. En tout cas, il n’y a pas de problèmes en ce moment ! Et, ce report n’aura pas d’impacts sur les négociations », a essayé de rassuré Mohamed Traoré.

Enfin, il importe de noter que Dr Alia Camara, Directeur Général de l’inspection générale du travail n’a pas répondu à aucune question des journalistes présents. Il a d’ailleurs été le premier négociateur à sortir de la salle pour s’éloigner précipitamment…
Evidemment, lorsque des négociations sur des questions salariales des enseignants stagnent à quelques petits jours de l’ouverture des classes, il y a à s’inquiéter des lendemains mouvementés à Conakry et dans la Guinée profonde.

Alpha Mamadou Diallo depuis Kaloum pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin