Au fur et à mesure que le temps passe, les inquiétudes des guinéens montent quant à la capacité de la Guinée à tenir ses engagements sur l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations 2023. Face à cette situation, la commission parlementaire en charge des sports entre autres, a reçu ce mardi, 4 septembre 2018, le président de la commission d’organisation (COCAN), Mamadou Antonio Souaré.

Et ce dernier a tenu à rassurer les parlementaires sur la question, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Antonio Souaré

Face au président de la COCAN, Mamadou Antonio Souaré, l’honorable Ben Youssouf Keita, président de la commission, Santé, sports, arts, culture et patrimoine historique de l’Assemblée nationale, a rappelé l’intérêt qu’accorde le peuple de Guinée à l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations de football pour la première fois dans notre pays. « Nous avons écouté sur les ondes les préoccupations des populations quant à l’organisation de la CAN en Guinée, en 2023.

Et, comme notre commission est celle chargée des sports, nous nous sommes saisis de manière ordonnée, scientifique et logique de la question, afin de donner des réponses nécessaires qu’il faille donner à la population et faire renaître chez eux l’espoir, et les rassurer de l’organisation de cette coupe en Guinée en 2023 », a introduit le député avant de féliciter la délégation pour son déplacement.

En réponse, le président de la COCAN, Antonio Souaré, a rassuré que malgré le fait qu’il n’y a pas assez de traces visibles sur le terrain, la Guinée n’est pas en retard par rapport au chronogramme. « Je vais vous rassurer que la Coupe d’Afrique des Nations 2023, selon le chronogramme, on n’est pas en retard. On mettra le chronogramme à votre disposition », a-t-il indiqué, tout en rappelant qu’avant la Guinée, la coupe sera organisée au Cameroun en 2019 et en Côte d’Ivoire en 2021.

Fort de son expérience, le président de la Fédération Guinéenne de Football a fait savoir aux députés que l’organisation de la CAN ne se résume pas à la réalisation des stades. « La réalisation des stades vient en dernier ressort, car on peut construire un stade qui peut être opérationnel en l’espace de 8 mois. Mais, si vous voulez organiser une CAN, il faut avoir des routes, des hôpitaux équipés, des hôtels de 4 à 5 étoiles, les télécoms, l’aviation, etc. », souligne Antonio Souaré. Le dirigeant du football guinéen annonce qu’il reviendra avec des documents pour mieux éclairer les lanternes des uns et des autres.

Hon. Ben Youssouf Kéïta

De quoi rassurer le président de la commission en charge des sports de l’Assemblée nationale. « Ils nous ont rassurés qu’il y a des moyens matériels et techniques pour qu’en 2 ans, toutes les infrastructures nécessaires pour la réussite de la coupe soient construites. Ils ont parlé de l’expérience qu’ils ont dans l’organisation de la CAN, selon les pays visités. Ils ont également les coudées franches pour négocier avec des entrepreneurs confirmés qui ont fait leurs expériences dans d’autres pays en matière d’organisation des CAN, etc. Donc, nous estimons que la Guinée pourra bien organiser la coupe », a réagi l’honorable Ben Youssouf Keïta au sortir de la rencontre.

Une autre rencontre est prévue en octobre prochain entre les membres de la commission d’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations 2023 et la commission parlementaire en charge des questions sportives.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin