La 2e session plénière de l’Institution Nationale Indépendante des Droits Humains (INIDH) s’est ouverte ce vendredi, 07 septembre 2018, au palais du peuple. Une session qui intervient à un moment où notre pays traverse des crises de tous ordres qui ont eu impact sur les droits des citoyens, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reportes.

La session de ce vendredi a été marquée par le discours d’ouverture du président de l’INIDH, Dr Alia Diaby. Selon lui, les libertés collectives ont pris un coup sérieux ces derniers temps dans notre pays. « L’ouverture solennelle de la 2e session plénière de l’INIDH se déroule dans un contexte marqué par des semaines de crises politiques et sociales qui ont eu des conséquences fâcheuses sur la jouissance et le respect des droits de l’homme. L’INIDH a déployé des missions d’observation sur les allégations de violations des droits de l’homme à l’occasion des différentes manifestations sociales en lien avec l’augmentation du prix du carburant à la pompe », a introduit Dr Alia Diaby.

Par ailleurs, Dr Alia Diaby a déploré plusieurs cas de violences enregistrés à l’intérieur du pays. A son avis, l’autorité de l’Etat est mise à rude épreuve. « Récemment, plusieurs scènes de violences ont éclaté. On note en particulier l’incendie le 25 août à Labé d’un véhicule de la protection civile par une foule suite à un meurtre survenu lors d’une bagarre entre deux individus ; l’incendie de trois hangars au marché de Nobé, à Mamou, suite à un meurtre d’un chauffeur de taxi moto survenu le 14 août 2018 ; le saccage d’une maison où auraient été trouvés des présumés assassins d’un conducteur de taxi moto, disparu le 23 août 2018. Dans tous les cas, on constate la généralisation de la vengeance privée et l’éloignement de l’autorité de l’Etat ».

En outre, le président de l’INIDH Dr a demandé aux politiciens « de soigner et assainir le discours politique qui doit être inclusif et exempt notamment de discrimination ».

Dr Alia Diaby a également exprimé sa préoccupation face à l’ouverture prochaine des classes tout en rappelant à l’Etat et aux syndicats le droit à l’éducation des enfants.

Pour ce qui est du contrat de cession d’une partie du port Autonome d Conakry à l’entreprise Turque Albayrak , le président de l’INIDH « encourage le gouvernement, dans le cadre du droit d’accès des citoyens à l’information, de publier les conventions, notamment celle plus récente de concession d’une partie du Port Autonome de Conakry, qui fait l’objet de beaucoup de bruit ».

Parlant des perspectives de l’INIDH, son président a laissé entendre qu’au cours de cette session, les membres de son institution « seront déployés sur le terrain en vue de faire le monitoring des lieux de privation de liberté, notamment les unités de gendarmerie et de police, ainsi que les prisons et maisons centrales dans les huit régions administratives de la Guinée »

Malgré l’immensité de cette tâche, Dr Alia Diaby a dit son espoir de voir les commissaires « accepter cette mission à l’intérieur alors que l’INIDH ne dispose même pas d’engins roulants. Elle n’a pas encore reçu sa subvention. Mais, je ne sais comment un individu peut renoncer à son devoir ! C’est pourquoi je vous exhorte à vous Efforcer ».

Après le discours du président de l’INIDH, les vingt deux (22) commissaires présents ont procédé à l’élection du rapporteur général. Et, c’est dame Mariam Ciré Keita, seule candidate à ce poste, qui a été élue par acclamation.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tél. : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin