« En matière de restructuration de cette ligue, il faut que l’Etat prenne ses dispositions. Regardez comment les gens sont entrain de souffrir dans cet aéroport. Il fait 40 degré à l’ombre. Les femmes et les vieilles personnes souffrent et leurs états de santé se dégradent. On devrait bouger ici à 12 heures 30 minutes ; mais, ils ont changé le programme pour mettre d’autres personnes à notre place »

Selon des informations confiées à Guineematin.com de nombreux pèlerins guinéens, y compris des personnes malades, des femmes et des vieilles vivent les pires moments de leur séjour au lieu saint de l’islam. Plusieurs d’entre eux, contacté par un de nos reporters déplorent la mauvaise organisation de la ligue islamique guinéenne ; mais aussi l’affairisme qui caractérise le processus de retour.

Joint au téléphone par notre reporter, Docteur Fodé Oussou Fofana, qui se trouvait à l’aéroport de Djeddah, a qualifié ce qui se passe dans ce lieu d’embarcation d’ahurissant, surtout pour un Etat qui se veut responsable. « J’ai voulu être comme un simple pèlerin pour vivre la vie des pèlerins guinéens. Mais, ce que j’ai vu est ahurissant, c’est une honte pour notre pays. On nous a fait sortir de nos lits à 2 heures du matin et les bus n’ont bougé qu’à 6 heures pour aller à l’aéroport de Djeddah. Depuis 6 heures, nous sommes là sous la chaleur. Il n’y a ni manger, ni rien. Nous sommes abandonnés comme des sans-abris », a-t-il introduit avant de rappeler qu’il a voyagé avec l’agence Guinea voyage, comme plusieurs autres compatriotes qui se trouvent dans la même situation que lui.

Docteur Fodé Oussou Fofana accuse le secrétaire général de la ligue islamique d’avoir donné des instructions sur qui doit voyager et qui doit rester. « Il était prévu que nous quittions à 13 heures ; mais, le secrétaire général de la ligue islamique, Ali Jamal, a donné des instructions à l’agence de faire embarquer devant nous les pèlerins de la ligue. Et, l’avion qui devait partir, il y avait trente places vides dedans, ils ont regardé dans le lot pour choisir les gens qui voulaient pour compléter. Ils sont venus venir me voir en catimini en disant, puisque je suis député, qu’ils veulent me donner une place dans l’avion. J’ai dit que je ne bouge pas d’ici et cette façon de faire, cette façon de lancer des peaux de banane sous les pieds des gens, je ne suis pas dedans et je ne bougerais qu’avec mon convoi. Parmi nous, ils y a des gens malades, couchés à terre, des vieilles personnes déshydratées, qui se demandent comment faire. Nous sommes en plein air, même pas dans une salle. C’est cette situation que nous vivons ici et on ne sait plus quoi faire. Les pèlerins de tous les autres pays du monde arrivent à l’aéroport 2 heures avant le voyage, sauf la Guinée, j’en ai honte. J’ai dit au représentant de Guinea voyage que moi, je ne suis pas une pourriture. Je suis un élu du peuple et reste avec mon peuple », a-t-il dénoncé.

Visiblement très en colère, le député affirme que si l’Etat guinéen était sérieux, il ne devrait pas accepter le voyage des vieilles personnes dont certains ne peuvent même pas marcher et reconnaître. « L’Etat ne devrait même pas faire monter dans l’avion les vieilles personnes que j’ai vu ici pour le pèlerinage parce que c’est dur. Ils l’ont fait pour les humilier. Actuellement, tout le monde est abandonné ici, hommes et femmes sous une chaleur qui ne dit pas son nom. Il n’y a aucun responsable guinéen sur place, même pas de l’ambassade pour venir voir dans quelle condition nous sommes », a-t-il déploré.

Abondant dans le même sens, Elhadj Baïlo Bah, qui dit avoir des vertiges au moment où nous parlions a expliqué qu’ils sont arrivés à l’aéroport depuis 6 heures du matin ; mais, que les organisateurs ont détourné leur vol pour embarquer leurs proches. « Nous sommes malades et nous sommes abandonnés à nous-mêmes. Même de l’eau à boire, il faut faire des tours pour en avoir, à plus forte raison le manger. Ceux qu’ils ont embarqués n’ont pas rempli le vol et maintenant, ils viennent sélectionner par affinité leurs proches pour les embarquer à notre place. Par exemple, ils sont venus chercher Docteur Fodé Oussou pour qu’il s’embarque. Il a refusé parce ce, dit-il, ce n’est pas la bonne méthode. Il est là avec nous. Il leur a dit qu’il ne laissera pas son convoi pour les suivre», a-t-il dit.

Egalement bloqué, le pèlerin, Mohamed Diawara, administrateur civil résident à Paris, souhaite le remplacement de tous ceux qui sont à la tête de la ligue islamique guinéenne. « Je suis venu par le billet de Conakry pour la Mecque ; mais, je vous dis : en matière de restructuration de cette ligue, il faut que l’Etat prenne ses dispositions. Regardez comment les gens sont entrain de souffrir dans cet aéroport. Il fait 40 degré à l’ombre. Les femmes et les vieilles personnes souffrent et leurs états de santé se dégradent. On devrait bouger ici à 12 heures 30 minutes ; mais, ils ont changé le programme pour mettre d’autres personnes à notre place. C’est la ligue qui fout le bordel ici à Djeddah », a-t-il insisté.

A suivre !

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin