Le corps sans vie de feue Aïssatou Diallo, affectueusement appelée Aïcha Bobo, a été retrouvé ce mardi, 11 Septembre 2018, aux environs de midi. La jeune fille de 14 ans était introuvable depuis le dimanche dernier, lorsqu’elle s’est noyée dans une rivière à Boulbinet, un quartier situé à l’Est de la commune urbaine de Mamou.

C’est aujourd’hui que son corps a été repêché par des plongeurs qui ont fouillé les profondeurs de la rivière depuis que Aïcha Bobo a été engloutie par les eaux de ‘’Mamouwol’, appris un des correspondants de Guineematin.com dans la ville carrefour.

Après les recherches infructueuses ces deux derniers jours pour tenter de retrouver la jeune fille de 14 ans qui s’est noyée dimanche dernier dans une rivière à Boulbinet, d’autres plongées ont été effectuées ce mardi par des jeunes qui ont de nouveau exploré les profondeurs de ‘’Mamouwol’’. Des plongées qui ont permis de repêcher le corps de feue Aïssatou Diallo.

« Nous sommes à la rivière ici depuis le matin à la recherche de cette fille (Aïssatou Diallo). On a effectué beaucoup de plongées ; mais, on n’a pas pu la retrouver. Vers 12 heures, on a eu l’idée de couper les lianes qui se trouvent dans l’eau et qui traversent la rivière. Beaucoup d’ordures étaient bloquées à ce niveau. Quand on a coupé les lianes, les ordures se sont débloquées et ont suivi le courant d’eau. Quelques instants après, on a aperçu le corps qui flottait entre des lianes situées un peu plus en bas de notre position. Je me suis alors plongé avec une corde que j’ai attachée sur un de ses pieds. C’est comme ça que le corps a été remonté », a expliqué Mamadou Doumbouya.

Remonté des eaux de ‘’Mamouwol’’ en présence de nombreux curieux, le corps de Aïssatou Diallo a immédiatement été conduit au cimetière de Tambassa où il a été enseveli et inhumé après la prière de 14 heures.

A noter que feue Aïssatou Diallo, appelée Aïcha Bobo s’est noyée avant-hier, dimanche 09 Septembre 2018, dans une rivière à Boulbinet où elle était allée se baigner en compagnie de ses deux petites sœurs.

De Mamou, Keïta Mamadou Baïlo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin