La destitution de Kélèfa Sall, président de la Cour Constitutionnelle par les autres commissaires est loin d’être un fait anodin au sein de la Cellule Balai Citoyen de Guinée.

Cette organisation de la société guinéenne a organisé un point de presse ce jeudi 13 septembre 2018 pour dénoncer la destitution de celui qui est considéré comme un rempart contre une éventuelle modification de la Constitution pour permettre au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat. Elle en a profité donc pour mettre en garde contre les sirènes révisionnistes, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Au lendemain de la destitution de Kèlèa Sall, président de la Cour Constitutionnelle par les autres commissaires, la Cellule Balai Citoyen de Guinée a rédigé un mémorandum dans lequel elle s’insurge contre cette décision et appelle à une mobilisation des forces vives pour s’opposer à cette situation. L’organisation de la société civile rappelle, dans ce mémorandum, que les ennuis du Président de la Cour Constitutionnelle ont commencé depuis son discours osé lors de l’investiture du professeur Alpha Condé pour son second mandat. Discours dans lequel il avait mis en garde le chef de l’Etat contre une éventuelle modification de la Constitution.

Sékou Koundouno, le responsable de la Cellule Balai Citoyen de Guinée se montre même très amer à l’égard des commissaires de la Cour constitutionnelle.

« C’est une insulte à la nation guinéenne que des délinquants fassent une motion de défiance, et d’ailleurs je vous informe que ce jargon ne figure ni dans la Constitution guinéenne, ni dans la loi L 006 qui régit le fonctionnement de la Cour Constitutionnelle. C’est un jargon de politicien utilisé dans les régimes parlementaires où l’Assemblée nationale a la possibilité de destituer le président et le président a la capacité de destituer l’Assemblée nationale.

Des gens qui veulent satisfaire leurs sales besognes nous font des jeux de mots. Je vous dis, tant que la Cour Suprême ne se réunit pas de façon conjointe avec la Cour Constitutionnelle, il est inadmissible, même Alpha condé ne peut pas démettre Kèlèfa Sall, que ça soit clair dans l’esprit. Et même, ce lundi nous allons nous mobiliser, le premier délinquant qui tentera d’empêcher Kèlèfa Sall à accéder à son bureau marchera sur notre cadavre », a lancé Sékou Koundouno.

L’activiste de la société civile est convaincu qu’il s’agit là juste d’une manœuvre visant à préparer un troisième mandat pour le président Alpha Condé. Mais il prévient que ce projet ne va nullement prospérer : « La chose qui sera inadmissible en Guinée, c’est de rêver à un troisième mandat pour Alpha Condé. Il est inadmissible au Balai Citoyen, il est inconcevable, on se battra au prix de notre vie. C’est pourquoi nous appelons à la mobilisation des partis politiques de l’opposition, aux syndicats, aux organisations de la société civile, à vous les médias de ne pas sortir de simples reportages mais de se concentrer sur les vraies questions de la nation. Et ça y va de la mobilisation et de l’engagement pour prouver aux gens qu’on est plus en 1920 », a-t-il dit.

Ci-dessous quelques recommandations faites par la Cellule Balai Citoyen de Guinée dans son mémorandum, sur cette crise qui secoue la Cour constitutionnelle.

« La Cellule Balai Citoyen de Guinée, appelle à une mobilisation sociale contre la rébellion orchestrée par les commissaires de la Cour Constitutionnelle à l’adresse du président Kèlèfa Sall ;

Appelle à l’arrêt de toute forme de rébellion au sein de la Cour Constitutionnelle qui consisterait à rendre la Cour inopérante pour satisfaire les sales besognes ;

Exige le respect de la Constitution de la République et de la loi organique L/2011/006/CNT par les conseillers de la Cour s’ils n’ont pas d’autres intentions machiavéliques ;

L’arrêt systématique de toute procédure anticonstitutionnelle au sein de la Cour ;

De veiller au bon fonctionnement de la Cour Constitutionnelle ;

De s’en tenir aux recommandations de l’inspection générale d’Etat sur la mission de la vérification de la gestion administrative et financière de la Cour Constitutionnelle fait en avril 2018 ;

Au respect du règlement administratif de la Cour Constitutionnelle ;

L’arrêt de toute procédure d’adoption d’une nouvelle loi en violation de la Constitution ;

Met en garde toute personne qui tenterait d’empêcher le soldat Sall d’accéder à son bureau ».

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tél. : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin