La 8e session du Comité d’Orientation Stratégique (COS) du projet Booster les Compétences pour l’Employabilité des Jeunes (BOCEJ) s’est tenue ce mercredi, 12 septembre 2018, au ministère de la Jeunesse et de l’Emploi Jeunes. Les travaux, dirigés par le ministre de tutelle, également président du COS, ont débouché sur des recommandations allant dans le sens de l’atteinte des objectifs du projet, a appris sur place Guineematin à travers un de ses reporters.

Le projet BOCEJ est une initiative du gouvernement qui vise à renforcer la capacité des jeunes dans le but de faciliter leur insertion socioprofessionnelle et économique. Il concerne également les étudiants en formation dans les écoles de formation professionnelle et au niveau des institutions d’enseignement supérieur.

Mouctar Diallo

La tenue de cette 8e session du Comité d’Orientation Stratégique du projet BOCEJ fait suite à la revue à mi-parcours du projet. C’est pourquoi, le ministre de la Jeunesse, Mouctar Diallo dira que « l’insertion initialement était prévue pour 2 mille jeunes. Mais, la revue à mi-parcours du projet, qui a abouti à la tenue de cette session, a revu un peu les indicateurs de performance, a apporté quelques réajustements au niveau du projet, mais qui débouchent sur des recommandations fortes en vue d’améliorer la communication au tour du projet, mais aussi faire en sorte qu’il y ait plus de compétences au niveau de la gestion et permettre au projet d’atteindre ses objectifs. Globalement, la session s’est bien passée, nous sommes sûrs qu’elle permettra de mieux prendre en charge la nécessité de mettre en relation la formation et l’emploi, faire en sorte qu’il y ait une adéquation parfaite, une harmonie parfaite entre la formation dispensée dans les écoles de formation, dans nos universités et le marché de l’emploi. C’est pour tout cela qu’on a fait cette session qui a abouti à de bonnes recommandations ».

Abdoulaye Yéro Baldé

Le projet Booster la Compétence pour l’Employabilité des Jeunes touche également le ministère de l’Enseignement Supérieur. Prenant part aux activités de la 8esession du COS, Abdoulaye Yéro Baldé, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, soutient que le BOCEJ est un projet majeur pour la Guinée. « Au niveau de l’Enseignement Supérieur nous bénéficions de ce qu’on appelle le Fonds Compétitif et cela permet à nos établissements d’enseignement supérieur et les centres de recherche de compétir pour des fonds leur permettant de mettre en place des formations professionnalisantes en général et aussi de la recherche dans un domaine bien précis. Grâce à ce projet, nous avons pu mettre en place l’autorité nationale d’assurance qualité qui va s’occuper des normes et des références aussi bien dans l’enseignement supérieur, mais aussi au niveau de l’enseignement technique. Grâce également à ce projet, je l’espère, nous allons pouvoir trouver notre contribution pour le programme africain de formation des formateurs », a expliqué le ministre.

De son côté, madame Sy Mariam Diallo, représentante du secteur privé au sein du Comité d’Orientation Stratégique du BOCEJ, pense que « c’est un projet important dans lequel nous travaillons depuis 2014 et, aujourd’hui, nous avons pu faire le point parce qu’il y a eu beaucoup de difficultés quand même dans le projet. Donc, c’est un projet qui s’écrit tous les jours et je pense que ces difficultés ont été listées et des recommandations ont été faites pour, qu’en fin, qu’on commence à voir les résultats escomptés ».

Les recommandations faites lors de la 8e session du Comité d’Orientation Stratégique du BOCEJ sont : la poursuite du processus de financement des sous-projets retenus au 1er appel à candidature ; la sélection de la deuxième vague de sous-projets à financer ; la mise en place d’un Cadre de Compétence pour Employabilité des Jeunes (CCEJ) ; le paiement des premiers Bons Basés sur la Performance (BBP) à travers l’envoie par l’AGUIPE des premiers groupes de jeunes diplômés en stage dans les entreprisses accréditées au deuxième E2E ; le renforcement de la stratégie de communication sur le programme pour permettre une visibilité concrète de ses objectifs et les acquis compte tenu des enjeux de promotion rapide de l’employabilité et l’emploi des jeunes ; l’implication du projet dans la mise en œuvre du partenariat pour le développement des compétences en sciences appliquées, ingénieries et technologies ( PASET) en prenant en charge la contribution de l’Etat à alimenter le fonds régional des bourses ( RSIF) ; la réalisation d’un diagnostic organisationnel des structures du Ministère de la Jeunesse et de l’Emploi des jeunes.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin