Un poste de police situé au quartier Madina, dans la commune urbaine de Labé, a été incendié par des inconnus. Les faits se sont produits très tôt ce jeudi, 13 septembre 2018, au moment où le gardien est parti à la mosquée pour la prière de l’aube, rapporte Guineematin.com, à travers un de ses correspondants dans la région.

Tout le contenu du poste de police est parti en fumée. L’incident s’est produit aux environs de 5 heures du matin, au moment où le gardien était parti pour la prière de l’aube. Il n’y a pas eu de perte en vie humaine, mais des dégâts matériels importants.

Selon le Commandant Sadou Baldé, chef section de la police judiciaire au commissariat central de Labé, « c’est aux environs de 5 heures du matin que nous avons reçu un coup de fil nous informant que le poste de police de Madina a été incendié par des inconnus. D’après le constat, ils se sont introduits à travers la fenêtre et ils ont mis le feu sur tout ce qui était dedans. D’abord, c’est la table qui servait de bureau au chef de poste, des chaises en plastique que le chef de poste a acheté à ses propres frais, des bancs, des cartes d’identités appartenant à certains citoyens et le matelas. C’est après tout cela, ils sont sortis et ont arraché le bâton sur lequel on monte le drapeau, tout en le laissant par terre avant de partir ».

Interrogé sur la question, le préfet de Labé, Elhadj Safioulaye Bah a condamné l’acte avant de demander aux services de sécurité de tout mettre en œuvre pour démasquer ceux qui en sont responsables. « C’est un acte ignoble qui vient de se produire à Madina. Mais déjà, toutes les dispositions sont prises pour montrer à ces présumés malfrats qu’il y a une autorité à Labé. C’est d’ailleurs l’occasion pour moi de lancer un défi aux services de sécurité pour qu’ils recherchent le plus rapidement que possible ces présumés malfrats, car cette fois-ci, c’est eux-mêmes qui sont attaqués », a lancé le préfet.

Il faut noter que la préfecture de Labé est affectée par une insécurité récurrente. Malgré les multiples dispositions prises par les autorités, la liste des victimes ne fait que s’allonger, y compris désormais dans les rangs des services de sécurité.

Depuis Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin