La Cour Constitutionnelle de la Guinée traverse une zone de turbulence sans précédent. Huit conseillers, sur les neuf que compte l’institution, ont annoncé avoir destitué leur président, Kéléfa Sall. Un acte que dénonce le Professeur Salifou Sylla, Constitutionnaliste et ancien ministre de la justice. Joint au téléphone ce jeudi, 13 septembre 2018, monsieur Sylla a regretté le fait que « le Droit soit bafoué » en Guinée.

Selon cet ancien ministre de la République sous le régime de feu Lansana Conté, cette cacophonie à la Cour Constitutionnelle est une sorte de chasse aux sorcières. « Le Droit est bafoué dans ce pays. Ce monsieur (Kéléfa Sall, ndlr) était dans le collimateur, on voulait le chasser depuis qu’il a parlé de sirènes révisionnistes. Donc, sa présence n’était pas désirée. Ils ont fait un premier coup, quand il a été question de remplacer trois conseillers. Nous-mêmes, on a fait une sortie pour nous opposer et dire qu’il y avait une mauvaise interprétation de la Constitution. Donc, ils sont revenus là-dessus. Mais, ce n’était qu’un sursis. Ils n’attendaient qu’une autre occasion pour le faire et par le même moyen », estime le professeur Salifou Sylla.

Pr. Salifou Sylla

Par ailleurs, l’ancien ministre de la Justice soutient qu’il n’y a pas de « réponse juridique qu’on peut donner à cette situation. Nous sommes dans un pays de non droit maintenant, c’est ce qui a été décidé ici. Tout ce qui est entrain de se passer actuellement, c’est l’anéantissement du Doit. Ça a été le cas avec tous ces accords qui ont été signés pour se partager les conseils communaux, comme des dépouilles, en violation de la Loi. Et, ils ont affirmé qu’ils reconnaissent qu’ils violent la Loi, mais que c’est pour la paix. Quand des gens disent des choses comme ça… La violation de la loi ne peut aboutir qu’à une paix factice. Mais, ça va leur revenir dessus. Donc, quand nous sommes dans un pays où on a décidé d’ignorer la loi, tout ce qui peut se passer ne peut plus vous surprendre ».

En outre, le professeur Salifou Sylla accuse le président Alpha Condé d’être à la base du dysfonctionnement des institutions républicaines. « Le président de ce pays a décidé d’anéantir toutes les institutions. Nous sommes dans un chaos juridique et institutionnelle. Donc, aucun juriste ne peut vous donner d’explications juridiques à ce qu’ils sont entrain de faire ».

Parlant des accusations de gestion opaque de la Cour Constitutionnelle par Kéléfa Sall, notre interlocuteur balaye tout d’un revers de main. « Si c’est la gestion financière, qui allait rester à son poste ici. Les plus grands voleurs de ce pays se trouvent où ? Ceux qui détournent des millions de dollars… Tant que vous plaisez, vous pouvez bouffer tout l’argent de ce pays, on ne vous dira rien. Si vous ne plaisez plus, à ce moment là, on vous ressort ces trucs là. C’est ça la vérité », conclut professeur Salifou Sylla.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin