#JASSSUME_MON_SERMENT

J’ai remarqué que depuis 2 semaines l’actualité autour des #ForcesSociales de Guinée est focalisée sur le recours à la prestation de serment sur les livres saints (Coran et Bible). Beaucoup de critiques fusent sur les membres de cette dynamique citoyenne et condamnent le fait d’avoir conditionné l’appartenance aux Forces Sociales par le fait de prêter serment.

Certains partent jusqu’à dire que c’est un blasphème et une ignorance totale des religions musulmane et chrétienne. Malheureusement, personne ne pose la question de savoir ce qui nous a poussé à poser cette condition. Personne non plus ne nous dit qu’est ce qui aurait pu être fait pour s’assurer de la loyauté et de l’engagement des membres. Tout le monde oublie les épreuves que les Forces Sociales de Guinée ont traversé, à savoir : infiltration, manipulation, récupération et corruption.

Je précise que contrairement à ce qui se dit, seuls ceux et celles qui souhaitent appartenir aux instances de coordination et d’orientation stratégique de la dynamique sont contraints à prêter serment. Pour les personnes qui souhaitent juste être membres et sympathisants, vous n’êtes pas tenus de passer au serment.

Il m’a donc sembler nécessaire de clarifier ma position et de dire à nos critiques qu’en ce qui me concerne singulièrement j’assume et j’en suis fier.

La main droite sur le #Coran, j’ai juré par Dieu de ne jamais céder à la corruption, la récupération et aux manipulations ethniques et de ne défendre que l’intérêt national et la patrie.

J’ai été le premier à m’opposer à prêter serment sur le Coran, mais quand j’ai vu que c’était le seul moyen de rassurer mes collègues de ma sincérité et de mon engagement, j’ai pris le soin de consulter des islamologues avertis pour avoir plus de précisions sur la possibilité pour un musulman de prêter serment sur le livre saint. A l’issu de mes consultations et se fiant aux propos d’un Docteur en sciences islamiques, j’ai compris que c’était possible à des conditions. Après avoir fait la suggestion à mes compagnons de lutte de modifier le contenu du serment afin qu’il prenne en compte les conditions, j’ai prêté serment sur le coran tout en mesurant l’ampleur de l’acte.

Personne ne m’a contraint à le faire. La vie de ma famille ainsi que mon épanouissement personnel et professionnel ne sont pas assujettis à mon engagement au sein de la société civile. Je ne tire pas notre subsistance quotidienne de quelqu’un.

Grâce à Dieu, mes formations académiques & professionnelles, mes longues et diverses expériences professionnelles et mes relations au niveau national, régional et international me permettent aujourd’hui de ne plus chômer. Je peux travailler en Guinée où ailleurs sans aucune contrainte. Je peux démissionner quand je veux et retrouver un autre emploi à la date voulue.

Mais, ces avantages personnels suffisent ils à me rendre heureux ? Le bonheur et l’épanouissement personnels sont ils des gages de bien être ? Pourrais je être heureux pendant que l’écrasante majorité de mes compatriotes vivent l’enfer sur terre au quotidien par le fait de la mauvaise gouvernance et de l’injustice sociale? Est ce que je suis le plus courageux et chanceux des Guinéens ? Le bonheur collectif de mes compatriotes constitue t’il une menace pour mon bien être individuel ? #NON_ET_NON.

Alors si tel n’est pas le cas, ma foi, mon éthique, mes valeurs et ma responsabilité citoyenne me poussent à l’action dans le but de défendre la justice et les populations. D’où mon engagement. Si je dois y laisser ma vie, ce serait avec honneur et dignité dans une démarche en parfaite adéquation avec ma religion.

Je ne force pas et ne forcerai personne à faire comme moi. Je ne pousserai personne à prendre des risques dans un contexte où celui qui défend la justice sociale est considéré comme un ennemi des dirigeants et du pays. Mais en ce qui me concerne, je ne croiserai pas les bras pour assister comme un simple observateur à la faillite Étatique et sociale dans mon pays.

Je ne violerai aucune loi de la République, je ne ferai du mal à aucun humain mais je défendrai la justice sociale jusqu’à ce que mort s’en suive.

#En_Dieu_Je_Crois.

Algassimou Diallo

Expert Polyvalent en Développement

Membre des Forces Sociales

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin