La crise consécutive à la « vente » du port de Conakry continue de créer des vagues en République de Guinée. Le dernier épisode est la réaction du chef de l’Etat, le président Alpha Condé, qui a signé deux décrets, rendus public dans la soirée de ce vendredi, 14 septembre 2018. 

Selon un reporter de Guineematin.com qui a suivi le journal télévisé de 20 heures 30, le président de la République a tout d’abord, dans un premier décret, renvoyé les deux directrices du Port autonome de Conakry : madame Hawa Keïta (désormais ancienne Directrice Générale) et son ancienne adjointe madame Aïssata Aribot.

Et, dans un deuxième décret, le chef de l’Etat a nommé madame Hélène Savané comme nouvelle Directrice Générale du Port Autonome de Conakry. Sans doute que dans ce contexte de crise, la passation de service ne devrait pas tarder et pourrait d’ailleurs être la SEULE occasion qui reste aux deux dames pour essayer de recadrer les choses et dire à la postérité les limites précises de leur implication dans la cession d’une partie de notre patrimoine national…

Il est à rappeler que le limogeage de ces deux dames est consécutif à leur récente sortie devant les travailleurs où elles ont essayé de se rejeter la responsabilité de la signature de la très contestée concession d’une partie du Port de Conakry à la société dite turque Albayrak dont le syndicat attribue trente pour cent d’actions à Mohamed Condé, l’unique fils du président Alpha Condé. Face aux révoltés syndicalistes, les deux dames avaient expliqué avoir été contraintes par le ministre des Transports, Aboubacar Sylla, d’endosser un contrat qu’elles n’ont pas eu le temps de lire. En fin de compte, madame Hawa Keïta (la désormais ancienne Directrice Générale) avait dit n’avoir fait que signer et que le cachet avait été mis par son adjointe, madame Aïssata Aribot. Pour sa part, cette dernière avait précisé qu’elle ne pouvait pas refuser « l’ordre » de sa grande sœur, la DG… Cet humiliant échange a d’ailleurs donné lieu à un jargon entre guinéens « j’ai signé et elle a cacheté » !

Aujourd’hui, c’est le président de la République, le professeur Alpha Condé qui signe et lui-même « cachette » leur départ de la Direction Générale du Port Autonome de Conakry. Mais, cela suffira-t-il pour permettre à Albayrak de s’offrir le Port concessionnel de Conakry ? Déjà, les syndicalistes ont obtenu le soutien des acteurs sociaux et politiques pour contraindre le régime à renoncer à ce « très mauvais contrat ». Une conférence de presse est d’ailleurs prévue à cet effet entre leaders syndicaux et responsables de la société civile…

A suivre de très près sur Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin