Limogeage des deux dames du Port de Conakry : « ça ne va pas fléchir notre engagement »

Au lendemain du limogeage des deux dames responsables du Port Autonome Conakry, la délégation syndicale locale parle d’un non-évènement. Joint par téléphone ce samedi, 15 septembre 2018, le secrétaire générale de ladite délégation a confié un reporter de Guineematin.com que l’essentiel réside dans la résiliation du contrat signé avec Albayarak.

« Pour nous, ce limogeage est un non-évènement. L’essentiel pour nous, notre objectif est l’annulation pure et simple du contrat avec les Turcs. Donc, c’est un non-évènement. Cet acte ne va pas fléchir notre engagement à continuer le combat », a introduit Cheick Chérif Touré, secrétaire général de la délégation syndicale des travailleurs du port autonome de Conakry.

Cheick Chérif Touré, secrétaire général de la délégation syndicale des travailleurs du port autonome de Conakry
Cheick Touré

Selon le syndicaliste, le contrat de cession du Port étant signé dans des « conditions opaques », il n’y a pas de lieu de baisser la pression. « Le contrat qui donne le Port à Albayrak doit être annulé parce qu’il n’est pas conforme aux procédures normales. Il n’a pas été l’objet d’un appel d’offres et a été signé en catimini. En plus, il n’est pas avantageux aux travailleurs du Port ».

Pour rappel, les dames Hawa Kéita et Aissata Aribot, respectivement directrice générale et directrice adjointe du Port, qui se sont donné en spectacle devant es cameras de télévision, ont été débarquées hier par un décret présidentiel.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS