Quelques jours après avoir pris fonction, le Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Kindia a dressé le constat de la réalité et annoncé des mesures. C’était à l’occasion d’une rencontre avec la presse, tenue ce lundi 24 septembre 2018, rapporte Guineematin.com à travers un de ses correspondants dans la préfecture.

Dian Bora Diallo, jusque là procureur par intérim à N’zérékoré, est désormais Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Kindia. Quelques jours après sa prise de fonction, l’empereur des poursuites a fait savoir que son ambition est de faire en sorte que la justice soit rendue dans l’intérêt de tous les citoyens de Kindia.

Le nouveau Procureur de Kindia est revenu d’abord sur le constat qu’il a fait dès sa prise de fonction. « J’ai fait un constat au niveau du parquet de Kindia. Mon constat portait essentiellement sur les dossiers que moi et mon équipe avons trouvés à Kindia. Nous avons trouvé 15 dossiers de flagrant délit, 29 dossiers informés, 18 dossiers en citation directe, 4 dossiers par observation du ministère public. Je précise que pour la préfecture de Coyah, il y a 4 dossiers ; pour Dubréka, on a 5 dossiers ; pour Forécariah, on a un dossier ; et Télimélé, 3 dossiers. Mais, les dossiers de Coyah et Dubréka seront désormais jugé par les procureurs de ces deux préfectures. Télimélé et Forécariah pour le moment restent au compte de la justice de Kindia ».

Par ailleurs, Dian Bora Diallo ajoute que les délais de garde à vue ne sont pas respectés par les officiers de police judiciaire (OPJ). « À ma prise de fonction, j’ai trouvé quelques soucis au niveau de la chaîne pénale. Ces soucis se résument en un seul point fondamental, ce sont les délais de la garde à vue. Une personne mise en garde à vue, le délai est de 48 heures. Et, il ne peut être renouvelé de 24 heures que sur autorisation expresse du procureur. Mais, fort malheureusement, on a constaté que dans certains services de police judiciaire de Kindia, ils ont l’habitude de garder les gens 4 jours, 5 jours, parfois une semaine. Ce qui est inacceptable. Ces pratiques qui n’honorent aucun maillon de la chaîne pénale, que ça soit les OPJ les parquets, ne vont plus continuer ».

Parlant des perspectives, le nouveau procureur souhaite que le Droit et le Devoir des citoyens soit une réalité à Kindia. « Mon combat c’est de faire en sorte que les citoyens de Kania puissent avoir confiance à la justice. Que cette confiance devienne une réalité, un reflex inné. La population doit savoir si elle est victime d’une situation quelconque, que leurs premiers réflexes, c’est de saisir les autorités judiciaires. Nous allons leur démontrer que, quand la population est victime, la justice sera rendue et dans l’intérêt de tout le monde. Pour que la population puisse respecter la justice, il faut d’abord que le personnel de la justice soit irréprochable. Une justice qui juge parce que telle personne a telle relation, telle personne est venue glisser une enveloppe, ou telle personne est influente, cette justice n’aura jamais la confiance de sa population. Mais, une justice juste, équitable au-delà des influences, cette justice va forcément gagner la confiance des gens », a-t-il fait savoir.

De Kindia, Mamadouba Sylla pour Guinéematin.com

Tél: 623 78 43 73

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin