Biro KantéL’histoire douloureuse de notre pays continue de diviser les Guinéens. Il suffit de réunir quelques uns et d’ouvrir un pan pour s’en convaincre ! Ce mardi, 25 septembre 2018, c’est le lancement officiel du livre intitulé « Mémoire Collective, une histoire plurielle des violences politiques en Guinée », publié par RFI et la FIDH avec le soutien de l’Union Européenne, à l’occasion du 60ème anniversaire de l’indépendance de la Guinée.

Selon ses promoteurs, cet ouvrage « présente des regards croisés sur les violences politiques qui ont marqué l’histoire guinéenne, depuis les années précédant l’indépendance jusqu’au massacre du stade du 28 septembre en 2009, qui fit plus de 150 morts parmi les opposants à Dadis Camara, alors chef de la junte au pouvoir ».

Pour sa sortie officielle qui est en cours (18 heures 25), les organisateurs ont invité toutes les tendances avec une animation de Juan Gomez, en présence de nombreux invités dont le ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, Khalifa Gassama Diaby qui, pour une fois, s’est montré très maladroit…

Alors que le programme suivait son cours normal, notre ministre qui aime se montrer ni à gauche ni à droite a sollicité et finalement imposé une intervention d’Elhadj Biro Kanté (le très connu défenseur du régime de Sékou Touré) dont la communication n’était pas prévue. Mais, en écoutant les interventions des victimes et fils des victimes, le compagnon de l’indépendance ne pouvait approuver les affirmations de ceux qui accusaient Sékou Touré de crimes. Il a alors indiqué que les complots n’étaient pas des faux et que c’est plutôt Sékou Touré la victime. Pis, l’ancien dignitaire s’est violemment attaqué à l’ouvrage qu’il accuse de n’avoir comme objectif que de salir et de ternir l’image du grand Syli…

Voilà une sortie qui ne pouvait évidemment pas passer devant ceux qui ont réellement souffert de la dictature de Sékou Touré ! Des hourras et autres ont alors fusé de partout de sorte qu’un proche du doyen est venu interrompre sa communication et essayer de lui expliquer qu’il allait un peu loin face à ce grand public… Enragé par les qualificatifs qui fusaient désormais de toute part contre sa personne, le régime et le responsable suprême de la Révolution qu’il s’est toujours efforcé à défendre, Elhadj Biro Kanté sera obligé de quitter la salle en ne se privant pas de marmonner quelques injures… Et dire qu’on pouvait éviter tout cela si le protocole était respecté ! Mais, le lourd poids de notre histoire et pour ce cas précis, l’intervention de notre ministre, l’unité nationale a bien failli prendre le large…

Alpha Mamadou Diallo et Laafa Sow continuent de relayer cette cérémonie en direct sur la page Facebook officielle de Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin