Le président du Bloc Libéral, Dr Faya Millimono, a tenu à marquer la date du 28 septembre qui représente deux événements importants pour la Guinée. D’abord, le NON à la communauté proposée par la France en 1958 et qui a conduit à l’indépendance du pays ; puis, le massacre de 2009 au stade du 28 septembre de Conakry.

L’opposant est allé déposer une gerbe de fleur dans ce stade pour rendre hommage à toutes les victimes des tragiques événements survenus sur les lieux il y a neuf ans. Il a en a profité pour réclamer la vérité et la justice dans cette affaire, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Pour Faya Millimono, le 28 septembre est à la fois une date à célébrermais aussi à commémorer. Célébrer le NON historique à la domination étrangère et commémorer les tristes événements enregistrés au stade du 28 septembre de Conakry, où plus de 150 manifestants ont été tués et de nombreuses femmes violées par des militaires en 2009. C’est pour commémorer justement ce tragique événement que l’opposant est allé déposer une gerbe de fleur sur les lieux à la mémoire de toutes les victimes.

« Aujourd’hui nous rendons hommage à nos ancêtres, au premier président Sékou Touré qui a conduit la Guinée à dire NON à De Gaulle. Mais notre Guinée a une autre histoire. Cette liberté que nous avons acquise dans la ferveur, c’est dans son exercice que nous avons eu les plus grands horreurs que ce pays a connus. Le 28 septembre 2009. Donc, c’est ce qui fait qu’aujourd’hui en Guinée, on ne peut pas se limiter à célébrer la liberté, il faut aussi commémorer la mémoire de tous ceux et de toutes celles dont l’honneur a été souillé dans ce stade-là.

Jamais dans l’histoire de la Guinée on a connu des situations où une femme a été violée en public, nous ne l’avons connu que dans ce stade. C’est quelque chose de douloureux. Nous allons continuer à nous rappeler de cela jusqu’à la fin du temps. Donc aujourd’hui nous ne venons pas ici pour célébrer une journée, nous venons aussi pour commémorer une date. Pour nous rappeler de ceux et celles qui ont été enlevés à la fleur de l’âge qui ne sont plus parmi nous et que leurs âmes reposent en paix », a dit le président du BL.

L’opposant a voulu aussi mettre cette occasion à profit pour réclamer la vérité et la justice dans cette affaire. Dr Faya Millimono se montre inquiet de la situation de Toumba Diakité, un des acteurs majeurs de ce dossier détenu depuis plusieurs mois à la maison centrale de Conakry et dont on ne parle plus aujourd’hui. « Nous sommes là aussi pour réclamer justice. Nous sommes là pour demander que Toumba Diakité, en prison, rien ne lui arrive.

Parce que si Toumba Diakité meurt en prison, on aura perdu un pan important de la vérité sur ce qui s’est passé le 28 septembre 2009 et ce qui s’est passé le 3 décembre 2009. C’est pour cette raison, en venant aujourd’hui, nous avons en main pas seulement le drapeau guinéen pour célébrer la liberté. Nous avons en main une gerbe de fleur que nous allons déposer ici pour nous rappeler et pour prier sur la mémoire de nos compatriotes dont la vie a été enlevée ici le 28 septembre 2009 », a-t-il indiqué.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin