60 ans d’indépendance de la Guinée : Sékou Koundouno dénonce « une corruption galopante »

Sékou Koundouno

A la veille de la célébration de la fête nationale marquant l’accession de la Guinée à l’indépendance, Guineematin.com a donné la parole à plusieurs leaders d’opinion (acteurs politiques et de la société civile) pour parler de cette date historique du pays.

Parmi eux, Sékou Koundouno, l’administrateur général de la Cellule Balai Citoyen de Guinée, une des organisations de la société civile les plus dynamiques de la Guinée.

Décryptage !

Ce que représente le 02 octobre

C’est une date historique qui incarne la naissance de la nation guinéenne mais surtout une date de fierté, de dignité, d’honneur, de reconnaissance et de bravoure de nos pères fondateurs qui ont bien voulu enlever cette nation dans les mains de l’impérialiste afin qu’elle puisse être un Etat souverain, un Etat indépendant dans lequel tous ses fils de divers horizons, de diverses communautés peuvent vivre en symbiose tout en défendant un idéal qu’on appelle la Guinée, en faisant en sorte qu’il y ait un accès pour tous en termes d’infrastructures de base, en termes d’éducation, en termes de prospérité et que la quiétude et la paix soient de mise dans notre Etat.

Regard sur l’organisation des festivités officielles du 02 octobre à Conakry

Je n’ai pas tous les détails en main pour pouvoir faire de commentaire sur cette question. Mais, on a appris sur les médias que 20 milliards de francs ont été déboursés afin d’organiser la fête à Conakry. Qui l’a reçu ? Comment ça a été dépensé ? Je ne saurais vous le dire, mais peut-être à travers un audit citoyen qu’on mènera après, on en saura un peu plus.

La situation de la Guinée après 60 ans d’indépendance

Je pense que le pays se résume à une corruption galopante, se résume à une gabegie financière, au clientélisme, au favoritisme. Mais surtout aussi, on est en manque d’infrastructures de base, c’est-à-dire de santé et d’éducation. Il y a un problème de chômage galopant chez nous les jeunes et un problème d’autonomisation des femmes.

On a tout un problème de politiques claires et cohérentes qui puissent permettre au peuple d’asseoir une certaine vision dans le temps et dans l’espace. Comme vous le savez, chaque régime en Guinée a ses façons de faire. On n’a pas un document directoire qui puisse nous permettre de comprendre dans l’espace de 15 à 20 ans ce que la nation guinéenne veut réellement pour ses filles et pour ses fils.

Propos recueillis par Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tél. : 620 21 39

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS