Les débats sont chauds ce lundi, 1er octobre 2018, au tribunal de première instance de Kaloum où le leader du syndicat du Port Autonome de Conakry, monsieur Cheick Cherif Touré, est poursuivi pour diffamation et dénonciation calomnieuse à l’encontre du chef de l’Etat et de son fils.

Après l’intervention de maître Salifou Béavogui, avocat de la défense, le procureur de la République près le tribunal de Kaloum a rejeté un à un tous les arguments avancés par la défense, a constaté un reporter que Guineematin.com a dépêché sur place.

Cheick Cherif Touré a nié les faits qui lui sont reprochés. Son avocat, maître Salifou Béavogui a dit que la procédure est nulle et a demandé la mise en liberté de son client.

Prenant la parole, par la suite, le procureur Aboubacar Sir Sylla a parlé de confusion de la part de l’avocat. Selon lui, après avoir été arrêté par des gendarmes, Cheick Cherif Touré lui a été envoyé. Mais, il affirme ne l’avoir pas libéré mais l’a orienté vers la Direction de la police judiciaire (DPJ). « Au lieu d’aller vers la DPJ alors qu’il y avait une plainte contre lui, il est allé avec les loubards qui l’accompagnaient vers la Bourse du travail. C’est seulement le lendemain qu’il s’est présenté. De ce côté, ça ne marche pas dans les causes de nullité soulevées », a dit le procureur.

En outre, Aboubacar Sir Sylla (à ne pas confondre avec Aboubacar Sylla qui est le ministre des Transports) a balayé d’un revers de main l’argument selon lequel Cheick Cherif Touré est député à l’Assemblée Nationale. « Ce parti l’a enlevé de ses rangs et l’a fait remplacer par un autre. Où est son badge de député ? », s’est interrogé le Procureur.

Pour monsieur Aboubakar Sir Sylla, la procédure contre Cheick Touré a été scrupuleusement respectée, rien n’est vicié…

Pour sa part, l’un des avocats de la partie civile, maitre Lancinet Doumbouya, a expliqué que cette procédure est tout à fait régulière et ne comporte aucun vice. Le procureur général de la République près de la cour d’appel peut saisir les officiers de police judiciaire, « contrairement à ce que veut faire croire la défense ».

Selon maitre Lancinet Doumbouya, Cheikh Cherif Touré, ne peut en aucun cas bénéficier de l’immunité parlementaire, surtout qu’il était suppléant de Baidy Aribot. « D’ailleurs, il n’y a aucun procès-verbal d’installation du prévenu. Donc, nous demandons au tribunal de passer outre toutes exceptions soulevées par la défense.

Pour rappel, Cheick Cherif Touré est poursuivi pour avoir affirmé que Mohamed Alpha Condé, le fils unique du président de la République, le professeur Alpha Condé, est actionnaire à hauteur de 30% dans l’entreprise Albayrak à qui le port autonome de Conakry a été cédé…

Les débats se poursuivent…

Alpha Mamadou Diallo depuis le TPI de Kaloum pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin