Le peuple de Guinée a célébré ce mardi, 02 octobre 2018, le 60ème anniversaire de son accession à la souveraineté nationale. Dans la préfecture de Forécariah, toutes les couches socioprofessionnelles ont pris part à la célébration de cette date historique, a constaté sur place Guineematin.com à travers son envoyé spécial.

L’engouement était de taille ce mardi dans la préfecture de Forécariah à l’occasion de la célébration du soixantième anniversaire de l’indépendance guinéenne. Devant une foule massivement mobilisée, les autorités administratives ont commencé par le dépôt de la gerbe de fleurs à la mémoire de nos illustres disparus. Ensuite, place au défilé qui a connu la participation de toutes les composantes socioprofessionnelles : enseignants, médecins, agriculteurs, chauffeurs, hommes de métiers, comédiens, habitants des quartiers, militaires,…

Dans son discours de circonstance, le préfet Alhassane Camara, a demandé d’observer une minute de silence pour rendre hommage aux combattants de l’indépendance. Ensuite, le préfet s’est prononcé sur le sens de la célébration de la date du 02 octobre. « La célébration de notre indépendance est un moment d’émotion pour la nation, car elle constitue une fête qui nous rassemble, exalte notre liberté recouvrée et met à l’honneur nos compatriotes qui se sont investis ou s’investissent pour la cause de la patrie, mais aussi les valeurs et les symboles que nous ont légués par les pères fondateurs de notre pays ».

Selon le préfet de Forécariah, la célébration de la date du 02 octobre « n’est pas seulement un évènement de réjouissance, mais elle doit être aussi un moment approprié de réflexion sur le parcours de notre pays. C’est pourquoi, nous devons mettre à profit cette journée du 02 octobre 2018 pour évaluer le chemin parcouru et envisager les stratégies permettant de relever les défis. Il reste attendu que de 1958 à 2018, nous avons connu des évènements douloureux et fâcheux comme par exemple l’agression du 22 novembre 1970, les incursions rebelles de 2000, les évènements de janvier et février 2007, l’épidémie de la maladie à virus Ebola et j’en passe », a-t-il dit.

Poursuivant, Alhassane Camara dira que « si l’indépendance politique de notre pays est une réalité que personne ne peut récuser, si l’immensité de ses ressources naturelles est indéniable, force est de reconnaître que la pauvreté, la délinquance, la criminalité, la corruption, l’analphabétisme constituent encore de sérieuses lésions qui handicapent l’ascension de la Guinée vers un pays émergent ».

Il soutient cependant que de nombreuses actions sont en train d’être faites par le professeur Alpha Condé depuis son arrivée au pouvoir en 2010. « Avec l’appui des partenaires, de nombreuses actions ont été posées parmi lesquelles nous citerons entre autres : la suppression de l’impôt de capitation, la gratuité de la césarienne et les opérations annexes, la mise à la disposition des paysans d’importantes quantités d’intrants, de marchandises et matériels agricoles, la révision des contrats miniers et l’ouverture du pays aux investisseurs étrangers en tenant compte des préoccupations des populations, l’amélioration sensible de la desserte en courant électrique et en eaux potables par la construction de nouveaux barrages hydroélectriques et la réhabilitation des anciens, l’installation des lampadaires dans les communes, la délocalisation de la fête de l’indépendance et ce, de façon rotatoire, accompagnée de travaux d’aménagement », a-t-il cité.

De Forécariah, Siba Guilavogui envoyé spécial de Guineematin.com

Tél : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin