La commune urbaine de Dubréka, à l’image des autres villes de la Guinée, a vibré au rythme du 60ème anniversaire de l’accession de notre pays à son indépendance. C’est dans la ferveur que les festivités ont eu lieu en présence des autorités préfectorales, des sages, des représentants des partis politiques, de la société civile, ainsi que les différentes sociétés implantées dans la commune, a constaté sur place Guineematin.com a travers son envoyé spécial.

Après le défilé des forces de défense et de sécurité ainsi que des différentes structures professionnelles, le préfet Younoussa Sylla a rendu hommage aux combattants de l’indépendance. « Aujourd’hui, ça fait 60 ans depuis que notre beau pays la Guinée s’est libéré du Joug colonial à la suite d’une longue et âpre lutte menée sous toutes les formes. Nous pouvons, avec fierté, citer notre premier président, feu Ahmed Sékou Touré et ses compagnons de lutte, dont feu Saifoulaye Diallo, Lansana Béavogui, Hadja Mafory Bangoura, sans oublier tous les autres ».

Poursuivant, le préfet de Dubréka a critiqué vertement l’entreprise coloniale. « La période coloniale contre laquelle nos devanciers ont vaillamment combattu était une vaste stratégie, savamment mise en place par le colonisateur, pour s’approprier injustement de notre pays de ses richesses du sol et du sous-sol. Ces richesses qu’ils exportaient dans leur pays à volonté, il faut le rappeler, ont largement contribué au développement des nations occidentales au détriment des nôtres ».

Dans son discours, Younoussa Sylla a fait remarquer que « la dignité des guinéens, et leurs valeurs humaines étaient bafouées, les espoirs de développement sapés. Mais, Dieu aidant, l’opportunité d’accession à l’indépendance tant souhaitée s’offre aux guinéens, lorsque la proposition leur était faite de choisir entre l’indépendance totale et la communauté Franco-Guinéenne appelée referendum Gaulliste. Les guinéens de leur majorité ayant compris cette autre forme de colonisation, ont opté pour une indépendance totale en votant Non le 28 septembre 1958, sous la clairvoyance de feu Sékou Touré, qui fut le premier président du jeune Etat guinéen ».

Selon le préfet de Dubréka, « l’expression « nous préférons la liberté dans la pauvreté, que la richesse dans l’esclavage », prononcée dans un style oratoire, résumait toute la volonté des guinéens qui n’était autre que la liberté fondamentale. La Guinée sera alors déclarée, le 2 octobre 1958, indépendante, la première en Afrique parmi les colonies françaises. C’est pourquoi, cette date mémorielle doit connaitre la participation de tous les fils et filles du pays pour témoigner notre attachement à la patrie ».

En outre, Younoussa Sylla a fait remarquer dans son discours que « sous le régime de la deuxième République, plusieurs œuvres ont été accomplies grâce au leadership de feu général Lansana Conté ».

Pour finir, le préfet a promis de mettre fin aux lotissements clandestins constatés à Dubréka. « Dans les jours avenir, nous allons continuer à mettre fin à la spéculation et aux lotissements clandestins, aux bradages des réserves foncières de l’Etat et autres ».

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin