A l’instar des autres villes de pays, Siguiri a célébré ce mardi, 02 octobre 2018, le 60ème anniversaire de l’indépendance de la Guinée. La cérémonie a connu une forte mobilisation des autorités et des citoyens de la préfecture.

A cette occasion, le Préfet, Ibrahima Kalil Keïta, a plaidé en faveur de la vérité sur les crimes commis en Guinée de l’indépendance à nos jours et la réconciliation nationale, a constaté le correspondant de Guineematin.com à Siguiri.

C’est en compagnie du ministre des Mines et de Géologie et de l’ensemble des autorités locales, que le Préfet de Siguiri a présidé les festivités commémoratives du 60ème anniversaire de l’indépendance de la Guinée ce mardi, 02 octobre 2018.

Dans son discours de circonstance, Ibrahima Kalil Keïta a rendu hommage aux pères fondateurs de l’indépendance de notre pays dont le président Ahmed Sékou Touré, Saïfoulaye Diallo, Barry Diawadou, Barry 3, Fodéba Kéïta pour ne citer que ceux-là.

Le Préfet a reconnu aussi que malgré son passé glorieux, la Guinée a connu des pages sombres dans son histoire. Il s’agit des atrocités qui ont jalonné la marche du pays depuis son accession à l’indépendance le 02 octobre 1958 à nos jours. Il a indiqué qu’il faut assumer notre passé glorieux tout comme celui douloureux, et souhaité la vérité sur ces atrocités et la réconciliation entre tous les Guinées qu’ils soient bourreaux ou victimes.

« C’est vrai qu’aucune œuvre humaine n’est parfaite, des points noirs et des pages sombres existent partout. En Guinée, une véritable de réconciliation s’impose car chacun est quelque part responsable de quelque chose. Depuis 1958 jusqu’à nos jours, il y a eu des choses et des actes regrettables, une victime est coupable quelque part et un coupable est victime d’autre part. Donc, la solution c’est de se dire la vérité et de se pardonner en tout état de cause », a préconisé le Préfet de Siguiri.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin