Les médias présents à Kankan n’ont pas pu couvrir les festivités du 60ème anniversaire de l’indépendance nationale organisées dans cette ville. En effet, le Préfet de Kankan a chassé tous les journalistes des lieux où se déroulait la cérémonie.

Aziz Diop justifie cette décision par le fait que les hommes de médias ne sont pas habillés en blanc, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Entre le Préfet de Kankan et la presse, les relations ne sont jamais en odeur de sainteté. Aziz Diop s’est souvent montré hostile aux professionnels de médias. Et il s’est encore une fois illustré dans ce sens ce mardi, 02 octobre 2018, jour marquant le 60ème anniversaire de l’accession de la Guinée à l’indépendance. Alors que les journalistes basés dans la ville et d’autres venus de Conakry étaient mobilisés pour couvrir les festivités organisées à Kankan, le Préfet est venu les sommer de quitter les lieux.

Il a chassé tous les hommes de médias présents sous prétexte que ceux-ci ne sont pas habillés en blanc comme il l’a demandé. « S’il vous plaît, je ne veux pas brutaliser quelqu’un, je vous demande donc de quitter. J’ai fait passer un communiqué pour dire que tout le monde doit porter le blanc, celui qui ne veut pas ça, il quitte et je suis prêt à tout », a dit Aziz Diop qui s’adressait aux journalistes, en compagnie de sa garde prête à exécuter ses instructions.

Les professionnels de l’information ont dû quitter donc les lieux sans avoir pu couvrir l’événement. « Ce matin, nous sommes venus couvrir les festivités de l’indépendance nationale. Moi j’étais habillée en rouge et ma copine était en rose et noir. Mais, le Préfet est venu nous dire que tout Kankan doit être en blanc aujourd’hui, il dit que c’est la loi. Il nous a demandés donc de quitter les lieux, il a demandé à ces gardes du corps de nous déguerpir », témoigne N’Nagbè Kourouma de la radio privée 7/7 basée à Conakry.

Cette attitude du Préfet Aziz Diop est tout à fait incompréhensible pour les journalistes de Kankan. Car, rappelle Amadou Oury Souaré, le secrétaire général de l’association des journalistes de Kankan, les reporters ne sont nullement obligés de porter une uniforme pour couvrir un événement. « Nous, nous avons l’habitude de couvrir les activités avec nos gilets et nos badges, il n’y a pas de principe qui dit que lors des événements la presse doit venir en blanc. Ce qu’il a fait ce matin, c’est dommage, nous déplorons cette situation et nous la dénonçons vigoureusement », a-t-il dit.

Et pour Alpha Oumar Koita, le correspondant de la radio Espace Conakry à Kankan, cette attitude du Préfet n’est pas étonnante. Il indique que Aziz Diop est en effet un habitué des faits. « Ce n’est pas la première fois que le Préfet se comporte comme ça à Kankan. Pendant le lancement des épreuves du BEPC en 2017, il avait chassé la presse sur les lieux, la semaine passée également quand les femmes de Kankan-Koura ont pris d’assaut le bloc administratif préfectoral, il a également chassé la presse pour ne pas qu’elle couvre cette manifestation. On n’est vraiment déçu de lui », a dit le journaliste.

Il faut noter que le Préfet Aziz Diop lui-même n’était pas habillé en blanc pendant qu’il invoquait cet argument pour chasser les journalistes de la cérémonie. D’autres personnes n’ayant pas respecté cette consigne ont pris part aux festivités. Une raison de plus pour les hommes de médias de dire que l’autorité préfectorale ne voulait tout simplement pas qu’ils couvrent la cérémonie.

De Kankan, Abdoulaye N’koya Sylla pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin