Les avocats du Lieutenant Aboubacar Sidiki Diakité, plus connu sous le nom de Toumba, détenu depuis mars 2017 à la maison centrale de Coronthie, s’inquiètent de l’état de santé de leur client. Toumba Diakité, un des inculpés dans le massacre du 28 septembre 2009, serait très malade et sa pathologie nécessite une intervention chirurgicale, estiment ses avocats.

Ils l’ont dit ce jeudi, 11 octobre 2018 à l’occasion d’une conférence de presse animée à Conakry, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Les avocats de Toumba Diakité se disent aujourd’hui inquiets de l’état de santé de leur client qui souffrirait de hernie blanche. Leur amertume est lié au fait que leur client est aujourd’hui « coupé du reste du monde », alors que son cas nécessite une prise en charge particulière.

Selon maître Paul Yomba Kourouma, membre du pool d’avocats de la défense, « Une sévère pathologie s’est emparée de lui, et qu’il traine aujourd’hui, à savoir la hernie blanche de la ligne blanche. Il s’agit d’une pathologie très délicate qui requiert une intervention d’urgence, laquelle ne peut avoir lieu ici, en raison de l’expertise qu’elle requiert, de la technologie à laquelle elle réfère. A ce jour, Toumba ne peut manger à sa fin, il ne peut manger qu’un demi plat par 24 heures, ne peut boire comme il le veut et ne peut dormir à point. Pour son sommeil, il est obligé d’utiliser la bande Valco qu’il attache au niveau de sa poitrine parce que les intestins sont dehors, ils ne sont retenus que par la chair ».

Maitre Kourouma regrette le fait que les autorités refusent toujours de s’occuper du cas de Toumba pour qu’il se soigne. « Il y a donc, malgré que les médecins aient parlé de l’urgence et du péril, sa prise en charge est toujours négligée, malgré les appels incessants qu’il a eus à adresser tant à l’administration pénitentiaire, à l’autorité départementale, au tribunal chargé de le juger. Toumba vit dans son enfermement et n’a jamais dehors, en dehors de la dernière comparution devant le juge pour être entendu. Toumba n’a jamais connu la véranda de sa prison ».

C’est compte tenu de ce facteur et d’autres « violations des droits » de Toumba Diakité que l’ancien aide de camp du capitaine Moussa Dadis Camara a sollicité le retour du pool d’avocats qui s’étaient retirés du dossier, a laissé entende Paul Yomba Kourouma. « Il nous a saisi par écrit, à saisir le tribunal et nous a personnellement reçu… ».

Dans les jours à venir, les avocats Maitres Paul Yomba Kourouma, Aboubacar Sylla et Lancinet Sylla comptent s’adresser au tribunal de Dixinn pour un référé pénal en vue de chercher à obtenir la liberté sous contrôle judiciaire de Toumba, « détenu arbitrairement » puisqu’il a été mis sous mandat de dépôt depuis mars 2017.

En outre, maitre Paul Yomba Kourouma va s’attaquer au Comité de pilotage du procès des événements du 28 septembre 2009, dont la tenue nécessite soixante dix huit (78) milliards de francs guinéens. « On nous a parlé d’un comité de pilotage chargé de la préparation matérielle de ce procès. Je crois que le sérieux qui est entrain d’être mis dans la préparation matérielle ne l’a pas été pour celui dans l’affaire de l’instruction de l’affaire elle-même. Ce comité de pilotage est en soi un facteur de blocage de ce procès. Il est fait savamment pour empêcher la tenue de ce procès. Ce comité s’est réuni une seule fois », dénonce-t-il.

Pour rappel, une quinzaine de personnes sont inculpées dans le massacre du 28 septembre 2009. Un lundi noir où plus de 150 personnes ont été massacrées suite à une manifestation des forces vives contre une candidature du capitaine Dadis, chef de la junte militaire au pouvoir à l’époque en Guinée, à la présidentielle de 2010. Plus de cent femmes furent violées et des centaines personnes portées disparues, selon les organisations internationales.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél : 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin