Faux documentsUn affrontement a opposé la brigade de surveillance de Bakari Gharé et des chauffeurs de la Gare routière située dans le secteur, ce jeudi, 11 octobre 2018. Au moins trois personnes ont été blessées à l’aide d’armes blanches dans cet affrontement, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Siguiri.

Depuis quelques jours, la brigade de surveillance de Bakari Gharé, composée de jeunes du secteur de la commune urbaine de Siguiri, a décidé de lutter contre la vente et la consommation de la drogue dans la localité. C’est dans ce cadre que le service de sécurité civil est allé procéder à la fermeture de tous les bars café et autres Kiosques situés aux alentours de la Gare routière se trouvant dans le secteur. Ces endroits sont considérés par les membres de la brigade comme étant des lieux de vente et de consommation de stupéfiants.

Au lendemain de cette opération qui a eu lieu hier, les membres de la brigade sont repartis sur les lieux ce jeudi matin après avoir appris que l’un des Kiosques fermés a rouvert ses portes. Et, c’est là qu’un affrontement a éclaté entre eux et certains chauffeurs de la Gare routière. Selon Kèmo Condé, le chef de la brigade de surveillance, ce sont les chauffeurs qui ont provoqué cet affrontement. « Le problème n’est pas entre les chauffeurs et nous ni entre les syndicats des transporteurs et nous.

Nous sommes contre les vendeurs et les consommateurs de drogue qui sont là. Hier, nous sommes venus leur demander de fermer et de ne plus ouvrir, mais ce matin, par provocation, l’un d’eux est venu ouvrir. Lorsque nous sommes venus pour fermer, ils (les chauffeurs) se sont jetés sur nous et 3 d’entre eux furent blessés dans l’affrontement. Ils ne sont pas des chauffeurs mais des drogués, depuis longtemps nous leur demandons de quitter et ils refusent », témoigne le jeune homme.

Une version aussitôt démentie par le syndicat des transporteurs de cette Gare routière. Mory Doumbouya, l’un des responsables de ce syndicat, accuse lui aussi les jeunes brigadiers de s’être attaqués aux chauffeurs. « C’est une situation compliquée. Hier, ils sont venus fermer les bars café et Kiosques qui sont autour de la Gare. Ce matin, les mêmes jeunes regroupés en brigade de surveillance sont venus demander aux chauffeurs de quitter les lieux, ce qui a provoqué une tension sur place. Quand les chauffeurs se sont imposés, les jeunes qui étaient armés de machettes et d’autres armes blanches, se jetés sur eux et ont blessé 3 de nos chauffeurs », a-t-il dit.

De son côté, le secrétaire général de la commune urbaine de Siguiri qui a mis en place les brigades de surveillance dans les quartiers et secteurs de la ville, a préféré garder le silence face à cette situation. Les trois chauffeurs blessés dans cet affrontement ont été admis à l’hôpital pour des soins.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin