La première session du Comité Technique de Coordination du secteur de la santé (CTC) s’est ouverte ce lundi, 15 octobre 2018 à Conakry. La rencontre a été présidée par le ministre de la Santé, Docteur Edouard Niankoye Lamah, en présence du secrétaire général du ministère de la Santé, Docteur Sékou Condé, de  Pr Georges Alfred Ki-Zerbo, représentant de l’OMS en Guinée et chef de file des partenaires techniques et financiers du secteur de la santé, ainsi que plusieurs cadres dudit département, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Plaçant l’évènement dans son contexte, le représentant de l’OMS en Guinée, Pr Georges Alfred Ki-Zerbo, a fait savoir que la rencontre s’inscrit dans le cadre du dialogue politique en santé que les autorités guinéennes ont institué à tous les niveaux de la gouvernance du système sanitaire dans le but d’avoir une meilleure coordination, harmonisation et efficience des actions en appui au PNDS.

Pr. Ki-Zerbo espère qu’au terme des travaux qui vont durer 4 jours (du 15 au 18 octobre 2018), la Guinée pourra « baliser » la route vers un développement sanitaire harmonieux à l’horizon 2024. « Il s’agit de permettre à tous un accès à des services de santé promotionnels, préventifs, curatifs, réhabilitatifs et palliatifs de qualité sans encourir de dépenses catastrophiques dans le cadre de la politique de santé commune de décentralisation et de développement local prônée par le PNDS de la Guinée », dit-il.

A en croire le représentant de l’OMS, la Guinée a fait déjà des progrès notables en matière d’harmonisation pour la santé. « Entre 2015 et 2018 et en dépit de la catastrophique épidémie de la maladie à virus Ebola, nous avons, dans un esprit de redevabilité mutuelle et sous le leadership du ministère et des autorités, élaboré le PNDS 2015-2024 et son cadre de suivi-évaluation et nous finalisons actuellement un plan national de sécurité sanitaire dans une optique de préparation, détection et riposte aux urgences sanitaires », explique le Pr Alfred Ki-Zerbo.

Pour sa part, le ministre de la Santé, Docteur Edouard Niankoye Lamah, a rappelé les trois axes prioritaires contenus dans la politique nationale de la santé. Il s’agit de la lutte contre la maladie, la promotion de la santé reproductive et le renforcement du système de santé. Pour lui, ces axes ont été décomposés en programmes, projets et plans d’action opérationnels, assortis d’un système de monitorage périodique, permettant de détecter nos insuffisances et de les corriger.

Poursuivant, Dr Edouard Niankoye Lamah a fait remarquer que la tenue de cette session aura pour objectifs de « passer en revue le niveau de réalisation des activités programmés au cours de la période écoulée ; d’analyser objectivement des facteurs favorisants et ceux qui ont eu une incidence négative sur le niveau d’atteinte des résultats mais aussi de déterminer les règles de base qui doivent sous-tendre l’élaboration et la mise en œuvre des plans d’action opérationnels pour l’année 2019. »

Par ailleurs, le ministre de la santé recommande aux participants à la session d’aller en profondeur dans la recherche des causes qui expliquent les problèmes qu’ils auront identifiés pendant les quatre jours de travaux. Il s’agira, dit-il, de bien analyser le passé et le présent en remettant en cause les pratiques stagnantes pour mieux aborder l’avenir.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin