Libre Opinion : A quelques mois des élections législatives et de la présidentielle, une des revendications du comité de suivi mise en place par les partis politiques, communauté internationale et acteurs de la société civile, est en train de faire preuve. Il s’agit de l’audit du fichier électoral. Une demande de l’opposition guinéenne qui en fait une priorité absolue.

Cette fois ci, en présence des experts internationaux de l’OIF, l’UE, USA et de ceux des partis politiques, le fichier guinéen qui a servi de base pour l’élection présidentielle de 2015 et des communales de 2018 est passé au peigne fin.

Apres l’audit, il s’avère aux yeux de tous le que ce fichier est sérieusement corrompu, et que toute élection organisée sur la base de ce celui ci ne peut être transparent. Le constant est scandaleux !

LES CONSTATS SUR GEMALTO :

Selon l’analyse des experts, le système utilisé par l’opérateur Gemalto (opérateur qui a travaillé sur le fichier de 2015) ne permettait pas le contrôle de la date de naissance pour empêcher les personnes ayant moins de 18 ans à se faire enrôler. D’où la possibilité d’enregistrer des mineurs sans que cela ne soit un facteur bloquant. Ce qui explique le nombre important de mineurs lors du la dernier recensement des électeurs.

Plus grave, il permet aux agents d’enregistrer des électeurs même s’il ne renseigne pas leur empreinte digitale. Les experts ont observé que 1 574 388 électeurs sont sans empreints digitaux (ces 1574 388 représentants le ¼ de l’électorat et 40 % du taux de participation à la dernière présidentielle, sont probablement et majoritairement des électeurs fictifs ajoutés à la liste électorale).

LE DÉDOUBLONNAGE FANTAISISTE DE LA CENI :

Le déboulonnage qui permet de faire en sorte d’identifier les doublons et les enlever du fichier électoral afin de le rendre plus propre, cette opération n’a jamais été sérieusement effectuée par la CENI. 45% des personnes enregistrées soit 3 051 773 des personnes enrôlées n’ont pas été dédoublonnées dans le fichier. Et l’institution n’a jamais effectuée de dédoublonnage automatique, elle s’est plutôt contentée de le faire de façon manuelle. Ce qui donne la possibilité aux agents choisis pour cette opération d’avoir la latitude d’éliminer ou pas en fonction de leur centre d’intérêt.

HYPERTROPHIE D’INSCRIPTION DANS DES ZONES

Autres anomalies constatées dans le fichier sont l’hypertrophie constatée dans les zones sur les cas de naissance et des inscriptions sur la liste. C’est le cas des circonscriptions électorales de Faranah, Kankan et n’Nzérékoré où on constate dans le fichier une sur-inscription allant jusqu’à 130 % de la population à l’âge de voter, alors que des zones comme Kindia et Boké sont à 6 et 3 %.

Alors que ces anomalies devaient être corrigées, avant la transmission des données à un autre operateur, la CENI a procédé à cette opération sans tenir compte des corrections. Ce qui donne naissance de grosses inquiétudes. Mieux, selon des sources concordances la nouvelle Société à laquelle ces données auraient été transmises n’a aucune compétence dans ce domaine (Britec, une société Tunisienne). Ce qui ouvre un autre boulevard au tripatouillage du fichier électoral. Une fois encore très inquiétant !

A l’analyse de toutes ces anomalies issues des fichiers de 2015 et de 2018, d’abord les société Gemalto et Britec , déjà décriées et rejetées dans d’autres pays , ne doivent plus servir à une opération électorale quelconque dans notre pays.

Toute fois, une révision générale sérieuse du fichier électoral guinéen s’impose avant toute élection. Ceci dit, pour la crédibilité du scrutin et permettre aux populations de procéder à des choix démocratiques dans la plus grande transparence.

Alpha Kabinet Condé

Analyste des systèmes électoraux

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin