Après un long bras de fer entre la direction générale du Port Autonome de Conakry (PAC) et les travailleurs, né de la « vente » de ce patrimoine aux Turcs d’Albayrak, les choses semblent se stabiliser. C’est suite à une invite faite par la direction et la société Albayrak, que les travailleurs du port se sont rencontrés ce mercredi, 18 octobre, à la direction générale, a constaté un reporter que Guineematin.com a dépêché sur place.

Cette rencontre entre le syndicat et les travailleurs du PAC consistait à discuter de ladite invitation et de la suite à en donner. A la fin de la réunion, Cheick Cherif Touré, le secrétaire général de la délégation syndicale du port, en même temps député à l’Assemblée Nationale, est revenu sur l’essentiel. « C’est suite à un message qui nous a été adressé de rencontrer la direction générale du port autonome et la société Albayrak, que nous avons appelé aujourd’hui les travailleurs parce qu’en matière de mouvement syndical, c’est la base qui décide. Donc, nous avons transmis le message aux travailleurs en leur disant que la direction générale du port autonome veut nous rencontrer. Après ça, c’est la société Albayrak qui souhaiterait rencontrer le syndicat. Nous leur avons demandé s’ils sont d’accord. Ils ont dit qu’ils le sont, de les rencontrer, les écouter, après leur faire la restitution. Après, je leur ai demandé s’ils sont d’accord pour le contrat. Les travailleurs disent qu’ils ne sont pas d’accord pour le contrat », a fait savoir Cheikh Touré.

Interrogé sur ce qui pourrait être à l’ordre du jour de la rencontre avec les deux entités, Cheikh Touré dira que « pour le moment, on ne sait pas de quoi il s’agit pour cette rencontre. De toutes les façons, nous sommes là, nous sommes patients, on attend de savoir ce qu’ils veulent nous dire, ce qu’ils veulent faire. Donc, on va faire cette rencontre, après nous allons faire la restitution à la base. Si la base est d’accord, on entérine. Si la base n’est pas d’accord, la grève continue jusqu’à la satisfaction totale des travailleurs ».

En attendant de savoir ce qui va être proposé par la direction générale et la société Albayrak, le secrétaire général de la délégation syndicale du port rappelle comme toujours que « le port autonome, l’aéroport, c’est la souveraineté nationale, c’est l’intégrité territoriale. Donc, ça doit être soumis à l’approbation de l’Assemblée Nationale, que chacun donne son point de vue, parce que c’est un contrat de grande envergure, c’est un contrat géant. Il faut ressortir les conséquences économiques, les conséquences sociales, les conséquences politiques et les conséquences sécuritaires, pour mieux répondre ».

Quant au cumul de fonctions de député et de syndicaliste, Cheick Touré dit qu’il n’y a aucun problème sur la question. « Je vous renvoi dans le code électoral, sur la compatibilité et l’incompatibilité de la délégation syndicale et la fonction de député. C’est des fonctions compatibles. Je vous renvoie au code électoral, vous allez voir que quand tu es député, tu peux exercer des fonctions non rémunérées. Tu peux être député et membre du conseil d’animation ou président du conseil d’administration, mais tu ne peux pas être député et ministre, tu ne peux pas être député et directeur. C’est dans le code électoral », a expliqué le nouveau député à l’Assemblée nationale.

Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin