Le préfet de Kindia a reçu l’envoyé spécial de Guineematin.com hier, mercredi 17 octobre 2018, pour un entretien sur les violences qui ont suivi l’élection de Mamadouba Bangoura à la tête de la mairie de la commune urbaine. Monsieur N’Fansoumane Touré a déploré cette situation et appelé au concours de tous les acteurs concernés pour éviter un embrasement de la ville.

Après deux jours particulièrement tendus et caractérisé par des violences sans précédent, la ville de Kindia a retrouvé le calme ce mercredi. La circulation repris dans la commune urbaine mais la plupart des autres activités restent encore aux arrêts. Et, c’est l’occasion de faire le bilan des chaudes journées de lundi et de mardi, caractérisées par des violences que le Préfet de Kindia qualifie d’insurrectionnelles.

« Il faut déplorer ces malheureux incidents qui sont survenus et qu’on peut même mettre dans le cadre de l’insurrection suite à la mise en place de l’exécutif communal. Mais qu’à cela tienne, nous sommes à Kindia, chacun sait pourquoi il est venu ici. Nous ne sommes pas venus ici pour des objectifs purement politiques quoique la démocratie, la Constitution nous en donne le droit. Mais, dans la jouissance de la démocratie, il faut qu’on fasse beaucoup attention, parce que si on tient à faire prévaloir, à travers ses humeurs, ses intérêts ou ses objectifs pour dire qu’il faut les atteindre coûte que coûte, on peut arriver à ces cas malheureux que nous avons vécus », a déclaré N’Fansoumane Touré qui déplore 32 blessés dans ces violences.

Cette situation enregistrée à Kindia est le résultat d’une confusion autour de l’accord politique signé le 08 août 2018 entre le pouvoir et l’opposition et qui donnait la mairie de Kindia à l’opposition. L’UFDG qui estime que la mairie devait lui revenir selon l’esprit de l’accord, conteste l’élection de Mamadouba Bangoura de l’UDG à la tête de la mairie de cette commune urbaine.

Mais là-dessus, le Préfet de Kindia estime qu’il n’y a pas de confusion. Parce que, dit-il, « on a dit qu’un accord est passé entre la mouvance et l’opposition, mais on n’a pas vu écrit là-bas que l’UFDG présenterait exclusivement le candidat à la mairie. En tout cas sur l’accord on ne l’a pas vu, je ne dis pas les interprétations que les Guinéens en ont faites.»

Pour N’Fansoumane Touré, le plus important aujourd’hui c’est de maintenir la paix et la quiétude à Kindia. Et pour cela, il appelle au concours de tous les acteurs concernés : « Il faut que chacun se ravise, que chacun essaye de changer ses sentiments par rapport à la gestion des affaires publiques. Les dispositions ont été prises depuis hier soir comme vous avez pu le constater, on a signé une réquisition pour que les militaires se mêlent à la danse pour pouvoir ramener le calme.

Ce n’est contre personne, mais c’est contre ceux qui vont continuer à troubler notre vivre ensemble. Parce que, qu’on ne se leurre pas, il faut qu’on arrive à garantir la paix, car sans la paix, aucune action sociale, économique ou autre ne peut être entreprise. Donc, nous demandons aux politiques, aux organisations de la société civile, aux religieux, tout le monde doit s’investir pour préserver la paix et la quiétude sociale dans la ville », a dit l’autorité préfectorale.

A noter toutefois, que le camp Abdoulaye Bah ne reconnait pas le nouveau maire de Kindia et promet toujours de se battre « pour faire respecter le vote des citoyens de Kindia et l’accord politique du 08 août 2018 ».

Alpha Fafaya Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com à Kindia

Tel. 628124362

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin